Cool Marriage :
Johan Kugelberg's Top 100 DIY Singles

From Ugly Things via http://www.hyped2death.com/Kugelberg100.html

1. The Desperate Bicycles -The Medium Was Tedium (Refill Records, 1977 UK) The Desperate Bicycles are the yardstick for this obscurist sub genre. No one did it as easy or as cheap as them. Of the slew of unfathomable brilliant pop 45’s, The Medium Was Tedium is the apex: The enthusiasm, anger and joy de vivre that oozes from the tracks contained within has me reaching for Village Green-Kinks and first album Cramps to describe the passion. For drunken, leftist dorm-room intellectuals to describe the faith and for Dez/Chavo-era Black Flag to describe the power ? notwithstanding that the recordings themselves are of 4-track bedroom shut-in lo-fi jangle. Too bad the band don’t want the material re-released but a good thing indeed that the records barely rate at all in the collector scum price guide pantheon.

2. Beyond The Implode -Last Thoughts EP (Diverse Records UK 1979) Barrett/early-Floyd psych as good (or better) than any Soft Boys, obscurist strum & drang way more passionate than any Flying Nun band I’ve heard and Inflammable vocals of the purest Oxbridge confusion. The Spacemen 3 never did anything to match this record. [Messthetics #6]

3. V/A -Weird Noise EP (Fuck Off Records UK 1980) The legend doesn’t start here, but at least this isn’t a cassette-only release in an edition of 50 copies or so like the majority of the Fuck Off Records oeuvre. This lines up the finest advocates of tuneless bashing within the UK late 70’s underground: The 012, Danny and the Dressmakers, the Instant Automatons, The Door and the Window and finally the Sell Outs who seem to be Danny and the Dressmakers under a different moniker. The cut “Please Don’t Make Another Bass Guitar Mr. Rickenbacker” showcases one of the odder qualities popular music can have: The ability to disorientate the listener. “Simply the very best in bad music” indeed! [Danny…Messthetics Greatest Hits]

4. Desperate Bicycles ? New Cross, New Cross (Refill Records, UK 1978) The godlike power of “I Make The Product” or “Advice On Arrest” (two of the songs on this six song EP) deliver a little salvation of sorts ? the Desperate Bicycles make you believe, make you feel a sense of belonging. Music does that when it is this good. 5.Slugfuckers ? Three Feet Behind Glass EP (No label Australia 1979) Invoke the god Nyarlathotep they do, cover Manson-songs w/o ever having heard him they do, shmear on the middle class art school elitism thick they do. This is an extreme record; noisier and more abrasive than most first generation industrial stuff, a hell of a lot more punk than, say, the Lewd and intelligent in a scary, vicious bullying kind of way. A blazing, hard record at the same time as everything is slightly out of tune, kind of inept and sorta shoddy sounding.

6. Popes -Knup In Your Eye (Vatican Records. UK 1980) This appeared on the worldwide punk list a few issues ago, and educated guesses can be made for this appearing on any other lists I might do in the future. Not only is the record the cats pajamas as far as relentless art school mirth goes (Derek & Clive go through puberty, again!) but the throb and spark of the band makes for repeated play. And then we have to tag on the swollen nostalgia of my friend buying the only copy at the Rough trade shop in 1980 leaving me with none until Bill Forsyth digs one up for me in his back room, oh yeah, and one for Geoffrey too.

7. The Flak -EP (Northern Records UK 1980 (?)) Starts with a depressed “why am I here” poem and moves straight along into “Knocking on Heaven’s Door” done dorm-angst-diy-style. This is followed by what sounds like the band attempting a Joy Division-style song the first time they pick up musical instruments. Completely inept, utterly charming and brilliant indeed. Top shelf genre defining DIY.

8. Fatal Microbes -Beautiful Pictures (Small Wonder, UK 1979) Certainly the best record with Honey Bane on it. Charming, relentless punk-crazed homemade guitar crunch. The window of opportunity of the UK underground musicscene in the late 70’s is clearly demonstrated here: I doubt the Fatal Microbes stupendous teen energy could have been nurtured in the world of merchandising deals and first-look demo A&R we live in today.

9. The Silver -Do You Wanna Dance (Black Label Finland 1980) The Silver -No More Grease (Black Label Finland 1979) A riddle wrapped inside an enigma etc. The band appears to be around 12 ? 13 years old. They hail from Finland where the trail grew cold a long long time ago. Maybe upon the release of the record. Pussy Galore without post-modern baggage. “Love Theme from the Snails” as performed by SPK. 12 year olds virtually destroying a recording studio captured on tape, not once but four times.

10. Instant Automatons -Peter Paints His Fence EP (Deleted Records UK 1980) More Fuck Off/Street Level-related sublime nonsense. The battle call is the track “People Laugh At Me Cuz I Like Weird Music” which states: “I was at a pub the other night, when a bunch of mods came in, they eyed me up, then they asked me: Hey man what’s your scene? Are you a hippie a mod or a punk? Got a scooter or a motorbike? I can’t understand why they burst out laughing when I told them the music I like, because: People Laugh At Me Cuz I Like Weird Music People just don’t understand Why pay six pounds for an album when you can, listen to a weird noise band for free I had a girlfriend named Josephine, she liked Abba and the Bee Gees. She thought music was about lawyers and accountants, percentages and legal fees. Just the other night we stayed up late, playing records til half past ten, then I played the Danny and the Dressmakers tape and I never saw Josephine again, because: People Laugh At Me Cuz I Like Weird Music People just don’t understand Why pay six pounds for an album when you can, listen to a weird noise band for free” The gospel, folks. From God’s mouth to your ear via the Instant Automatons. [Instant Automatons ‘Another Wasted Sunday Afternon’ CD]

11. Sir Alick and the Phraser -In Search of the Perfect Baby (Black Noise UK 1980) As Chuck Warner put it: They wrote beautiful pop songs then destroyed them. More Homosexuals pseudonymous mystique. The intelligent reader who followed our previous musings on this band and their universe know how much we love them and how much they perpetually pull our collective leg. No straight-ahead answers in this lifetime which is fine ? fine as far as record collecting is concerned, fine as far as lifemanship is concerned.[The Homosexuals -Astral Glamour 3CD]

12. The Four Plugs -Biking Girl (Disposable Records UK 1979) The subtle charm of marginal culture: Truly marginal culture where 1000 singles were pressed more than 22 years ago. How many got lost? How many are never being played? How many are stored in a box in the attic? How many are being played repeatedly on turntables that cost ten times as much as the recording and pressing of this given 45? “She used to be my biking partner ? she used to be my biking girl. We used to go for rides in the country side”. A true punk rock/diy statement issued by the Damaged Goods people, who knew their Chesterton and Thomas Browne.

13. The Evening Outs -Channel (Refill Records UK 1980) Super-fierce skronk from a pissed-off pseudonymous Desperate Bicycles. Puts that no wave stuff to shame, really.

14. Puritan Guitars -100 Pounds in 15 Minutes (Riverside Records UK 1980) How much it cost to make the record and how long it took. Genius sturm und sturm und sturm und drang clank from a seriously inspired one chord wonder.[Messthetics Greatest Hits and Messthetics #104]

15. The Flying Brix -EP (Modello Records UK 1980) So subtle it can barely be heard: A band consisting of Wally’s and Erberts, with the odd dead-end yob or two. This record could’ve been released by Illegal, Fuck Off or fit in on Carry On Oi. It could also have been performed on an episode of Noddy or by Flanagan & Allen. Ur-English music, this.[Messthetics #104]

16. Shrinking Men/Beevers -Hazards in the Home EP (Pop Records UK 1981) The Beevers present a Guthrie-esque talking blues here, except that it isn’t a blues, but a charming DIY-shuffle, and that Woody Guthrie as far as I know never sang about the plight and blight of the office boy. The Shrinking Men in turn showcase an angry, loutish anti-army rant that Phil Ochs would’ve been pretty proud of I think. And there you have it: The folk music connection rears its uncombed head. [Beevers -Messthetics #6]

17. Handgrenades -Demo To London (Phonographics (?) USA 1980 (?)) Coulda fooled me ? Excellent primitive punk/chug/diy from Noo Yak City! Who woulda thunk? Somewhere between “Pink Flag” and Fuck Off Records.

18. Homosexuals -You Are Not Moving The Way You Are Supposed To (Black Noise UK 1980 (?)) An untouchable band, and the lack of a retrospective isn’t much of a crime in this house (I have lots of their records snicker snicker snicker) but in other people’s houses it sure is. As if Gang of Four would’ve been any good, as if Wire would’ve immersed themselves in dub, as if indeed. Parallel universe chart toppers indeed. We all know that there is at least one world out there in the ultra-cosmos where the proverbial kids are kicking these jams daily. A truly inspired and inspiring record..[The Homosexuals -Astral Glamour 3CD]

19. Cindy and the Barbi Dolls -Press The Shutter EP (A Not Major Production UK 1980) Dorm angst at its very best. Dark, brooding overtly romantic without gothing it up, these jams have the same lurking power as the pre-Joy Division Warsaw EP or the spookier first line up Soft Boys tracks. A possible sister band to Beyond the Implode in the sense that they play a curiously British form of psychedelic music in the midst of the DIY lack of musical chops. This Cornwall band were seemingly very hip to musical peers, thanking the Desperate Bicycles, the Mekons and Ralph and the Ponytails on the sleeve. There are musical (and one lyrical) nod to the Kinks “Village Green Preservation Society” as well. A very good thing. [Messthetics #7]

20. Versatile Newts -Newtrition (Shanghai Records UK 1980) If this record hadn’t existed we would’ve had to invent it: The marriage/blend of the Swell Maps, This Heat and the TV Personalities. In equal chunks with no lumps. Gadzooks! [Messthetics #103]

21. Pink Dirt -Hey Sir (No label Norway 1979) As far as inept, crazed joi de vivre goes ? Here’s the acme. I’ve written this one up before and will do it again. While this is obviously a straight-ahead angry punk rock band, the abandon and enthusiasm of this record could raise the dead. An angry rant against organized religion (“I have this to say tonight ? never, never get involved with christianity!”) howled in a barely English Johnny Rotten-imitation by some Norwegian genius backed by shitrock more primitive than the first Endless Boogie rehearsal. There is no sleeve, no labels, just the legend “Pink Dirt Hey Sir/Hooker” scrawled in magic marker. Who were these gods and why did they walk among us? Please email me if you know anything about the people behind this stunning art experience.

22. Scrotum Poles -Revelation EP (One Tone Records Scotland 1980) Helicopter Honeymoon is going to be played at least three record collector funerals I know of, not including mine. The mighty, mighty Scrotum Poles, proudly proclaiming “DIY! We love the TV Personalities” on the shoddy, xeroxed sleeve. Their website (http://home.switchboard.com/hornstreet) is highly recommended, though we’re hesitant to vouch for its complete veracity. Here’s how they tell it: “'Pick the Cats Eyes Out’ featured lyrics found on the back of a set list by one of the first Dundee punk bands, Bread Poultice and the Running Sores…” [Somebody please send us a demo tape!] “Helicopter Honeymoon,” meanwhile, came from a headline “in the Sunday Post.” What we should add for American fans is that “cats eyes” are what Brits (and Scots) call those little orange reflectors embedded in highway pavement: “Cats Eyes Out Ahead” used to be a common roadside sign. [Messthetics Greatest Hits and Messthetics #105]

23. File Under Pop -Corrugate (Rough Trade UK 1979 (?)) Godlike DIY power. Primitive grunting, out of tune skeletal instrumentation and noises recorded at Heathrow. I know a guy with an extra copy who’ll swap it for Butchy Butch and the Butch Butchers.

24. Nancy Sesay and the Melodaires -C'est Fab (It’s War Boys UK 1981 (?)) Un-musical, un-punk and possibly unpleasant music hall-esque skronk/DIY by the godlike Homosexuals using one of their myriad of pseudonyms. And whence you can’t imagine the doofus art wank getting any more unlistenable, they spin on a dime and throw in a beautiful chorus sitting on top of a backwardsy funky drummer beat. I am, as per usual, in awe. Shall I hook some enterprising young bootlegger up with a CDR of all their stuff?

25. Performing Ferret Band -Brow-Beaten (Dead Hippy Records UK 1981) Deeply moving primitive musical fumble from this rare 45 by the masters behind the in my mind most seminal LP to come out of DIY. The eponymous Performing Ferret Band LP, which features jaw-droppers such as “Plastic Macho Man”, “Fizzly Drinks” or “Great Duos Of Our Time”. Fantastic over-enthusiastic juvenilia of an almost supernatural beauty. The Performing Ferrets - no one told us CD (Messthetics #216)

26. Different Eyes/Royston - Shish EP (Tuzmadoner Records UK 1979) One of the two masterpieces released on the Tuzmadoner label (the other being a 12" comp entitled, uh, “folk music” bringing up more parallels to skiffle that we should probably choose to ignore). Royston are like Flanagan & Allen fronting the world’s greatest shit rock band. Different Eyes sound more lethargic than anyone else I’ve heard I think, and I used to work for Pavement’s label. Simon Gilham from either Royston or the 'Eyes later played in Colin Newman’s solo band. [Royston -Messthetics Greatest Hits and #1; Different I’s -Messthetics #101 (plus their even better track from Folk Music)]

27. Homosexuals -Hearts In Exile (Black Noise UK 1978) Words fail me. As far as beauty goes, this is like Mozart or Shirley Collins. Probably their greatest moment. Somewhere along the lines of Brill Building and traditional UK folk and the Upsetters and ESP Records all at once in perfect harmony. A milestone, I think, and a record that I’d place in a timecapsule of 20th century folk art.[The Homosexuals -Astral Glamour 3CD]

28. Andrew Klimek -Felt Hammer (Mustard Records USA 1979) The guitar break alone sends this one soaring over the sky scrapers. Has that patented and most beautiful basement 4-track sound down pat even though I get more and more convinced that all those legendary Cleveland bands all were record collector rock of the umpteenth degree. Extraordinarily self-aware, sly and with meticulously thought out records, this one being no exception. The pompous liner notes on the sleeve of the 45 proves me right. You got to be some kind of Apples in Stereo-type shmuck to brag on a record sleeve that you put the bass guitar through a ring modulator.

29. Mekons -Never Been In A Riot (Fast Records UK 1978) Way before they became icky hippy-punk icons for aging counter culture types across the world they released a couple of singles of gorgeous nihilist slop. This is the first, and the funniest and the noisiest.

30. Jelly Babies -De Nada EP (No label name UK 1981) Simply heaven. A clumsy speed-chug with lyrics about a day of roller-skating and lovely pre-pubescent boozy backing vocals. Genius. Extra-tinny sound, extra passionate execution. I’ve quoted this portion of the notes on the (shoddy xerox, natch) sleeve: “Recorded at Dirt Cheap Studios, the best studios in the whole wide world by Grant Showbiz, the most silly person in the whole wide world, who steals your food and has a nice red guitar with a super tremelo arm which somebody gave him.” Like Blake, the words transcend space, time and mortality. You need this record. Crunchy granola collectors should also note that I have personally seen at least five different (shoddy xerox) picture sleeves for this record where the priority can be determined with relative accuracy using the carbon 14 method. [one from the EP is coming on London v.III: another song from the EP demos appears on Messthetics Greatest HISS (Messthetics #110)

31. Thin Yoghurts -Girl On the Bus (Lowther Street Runner Records UK 1980) More sing-a-longa-slop-charm. You can take the limey out of the music hall but you can’t Cute, touching and romantic lyrics about lusting over some tasty lassie on the bus to the kippers factory. They did this record as well as a cassette, which is a hundred bucks in your sweaty palm, if you send it to me. [Messthetics Greatest Hits]

32. Lucky Pierre -This Could Be The Night (No label USA 1984 (?)) Scuzzy, phenomenal art-rant by some Ohio Bowie-boy who’d re-record these musical chairs of Chain Gang, Klaus Nomi and cocaine freebase ten years later for Trent Reznor’s label adding a “industrial dance beat” to the mess and changing the band name to Prick. Supposedly (some record-log-pincher told me) there were only 50 copies pressed for Lucky Pierre to use as record deal bait (also the reason that the lyrics are etched on the flip together with a ten second excerpt of the song). Well, I guess it worked. I seem to recall seeing a video for the re-recorded version on MTV during ol’ Pierre’s 15 seconds in the spotlight. The awe-inspiring power of this record remains tho’.

33. Skabb -78 EP (Mistlur Sweden 1978) Track 2 side one is jaw-dropping Opus-style DIY-crunch punk with Kriminella Gitarrer-guitar breaks. I can’t believe this isn’t a hotly pursued record by herd-following punk rock turd-swallowers round the globe. Fantastic slop-o-rama-lama-fa-fa-fa production too.

34. V/A -Angst In My Pants double EP (Street Level UK 1979) Imagine how good the previous 33 records on this list are, as I guarantee by risk of punishment of rock writer hyperbole, that this is doubtlessly one of the finest records I’ve ever heard, and the second greatest compilation in the history of rock! How can I say this wonders Rutger the Punk from his bedroom in Krakow ? Well the proof is in the pudding: Not only does the record include some of the finest recorded moments by the legendary Instant Automatons (who unknowingly channel the Monks!), 012 and the Door and the Window, but furthermore a rare vinyl appearance by the Digital Dinosaurs, heralded by me, Mario and Geoffrey in that most smug sort of way as unheralded gods of music! If that ain’t enough you get some fine TVP-related spurts from the Missing Persons and extremely do it yourself DIY frenzy from the Midnight Circus. Who in “Silicone Baby” and “Hedonist Jive” have out-poignanted a tow-truck full of Aimee Mann’s and Michelle Shocked’s edgy humanity and funny as shit to boot. [Digital Dinsaurs and Instant Automatons are on Messthetics Greatest Hits: Midnight Circus have their own CD…And there’s more on Deleted/Street Level at the Instant Automatons website]

35. Pleemobielz -Dagenlang Balen (Kamikaze Records Holland 1981) More sociological sloganeering a la Midnight Circus here: Dagenlang Balen which needlessly translates as “fuck all day” roars through the speakers with all the might of a bunch of over-testosteroned 16 year old virgins singing about what they think it’ll be like to have sex some day. Tinniest sound in history. When a copy finally showed up on my doorstep after the fucking (literally!) record had spent a solid 10 years on my want list my expectations were quite low since anyone I had talked to who had heard the record all stated that it was weak/a waste of time etc. Well: It being a want list staple has more to do with the scarcity of the disc than it being a desirable punk rock record. However: It is an extremely desirable record if frenzied DIY bliss is your chosen poison.

36. Just Urbain -Guns & Guitars (No label Australia 1979) Another amazing DIY record from Australia, this one definitely sports a spiritual kinship with SPK, the Slugfuckers, the first Thought Criminals record, and those Systematics and Tactics records I need to find. Very dark, scuzzy art-damaged DIY that (a la Cabaret Voltaire or early SPK) is well aware of the fine krautrock musics coming out of Germany on Ohr or Sky a few years previously. The proto punk of say Neu or Cosmic Jokers is here handled with poisonous skronky passion.

37. The Gags -Sex Ist Schau (Leg Auf Records Germany 1981) And then one has to simply wonder if the belly laughs generated by this piece of vinyl have racist connotations: How much are we allowed to laugh at the Germans? This might be the stiffest record I’ve heard. The vocals lyrical bark manages to reanimate Basil Fawlty’s classic performance in the “Germans” episode as well as the Sprockets. The jams are crazed. Stiff, yes, but crazed.

38. Desperate Bicycles -Smokescreen (Refill Records UK 1977) Their debut, more aggressive than a lot of the other classics and maybe it was the year. This is the 45 that launched hundreds of others: Two songs on one side to save mastering costs, the cheapest packaging, music that had to be documented, and it didn’t matter if it was done in the cheapest and easiest way imaginable. [Messthetics #8]

39. Butter Utter -Jävlarnas Jul (Leonid Breznjev Records Swe 1977) Took me ages to find this one. Extremely inept, Shaggs-like fumble with a certain Je Ne Sais Qui of punk rock aggression. A lot of Killed by Death-types paid a lot of moola for this one, that some guy hyped to the moon in a Boston straight-edge fanzine back in the 80’s. Only truly “punk” in the musical disaster sense of the word.

40. Cut-Outs -DIY (EMI UK 1979) Great novelty pop monster complete with carpentry noises. Possibly not a DIY record at all, but since the genre is made up by people like me this is a DIY record cuz I sez so. [NOT on Messthetics #7]

41. Massmedia ? EP (Massproduktion Swe 1979) Debut sloppiness from future KBD mainstays. There is no discernable musical ability to be found on this record and yet they play and play and play. The energy level is however awe-inspiring.

42. Dagens Ungdom -EP (Mistlur Swe 1980) Having an art school wank with Dagens Ungdom. Brilliant faux-DIY released on one of the major noo wave era indie labels of Sweden, home of Ebba Gron. All songs have titles nabbed from Kafka books, lyrics are more adjective heavy than a tub full o’ Morrisey and the music is flawless DIY stumble n’ fumble.

43. The Discounts -Selling Records (Original Records UK 1980) Blank 1000-yard stare DIY novelty straight out of High Fidelity. The lyric is a monologue as by a bored-to-tears record store clerk. The jams are sub-sub-sub-Blockheads DIY stumble. Extremely amusing.

44. Grinder Wickford’s So Boring -EP (Wax Records UK 1979) Forget punk rock, bring in hick-rock! The aliases of the band read: “Dav-Id, Si-Kic, Terry-Ball, Stu-Pid and Holy-Grail”!. Three band members have moustaches! The singer is wearing a Rocky Horror t-shirt! The a-side is a “humorous” ditty about the acne problem of Spiderman, reflecting the sleeve front depicting some fool in a Spiderman costume driving a tractor, The b-side is an anti-fuzzy dice song. Genius. It is obvious to me that Wickford wasn’t boring at all as long as you hung out with the bold gents of Grinder. The songs range from primitive clunky riff-rock to DIY jangle of the highest order. Messthetics #101

45. Psykik Volts -Totally Useless (Ellie Jay Records UK 1979) More Music Hall-punk DIY genius. The spirit of Vivian Stanshall is looming large; as is the empty pint glasses littering the room as this 45 is stuck on repeat. All together now: “It’s to-tal-ly useless”!! The sleeve bears the legend: “Side A: recorded in a sock, Side B: recorded in a morgue. May god bless vocalist and songwriter Victor Vendetta. Now pardon me while I go to the corner and cry.

46. Raisinets -More Fun To Play Than To Listen To (Fun-Ethic Records USA 1979) Fantastic record-collector hippie-punk a la Gizmos/Afrika Korps/Half Japanese. Primitive guitar duets complete with questionable production values and mucho muchacho helpings of pure static. Great post-arrest pre-OD lyrics making fun of Sid too.

47. Dag Vag -Dimma (Ball Records Swe 1978) Two years after this record was released, Dag Vag were playing new wave-scented white-boy reggae to sell-out crowds all over Sweden. This, however, is a one-man band bedroom project by a Träd Gräs & Stenar roadie who had discovered punk rock and the DIY scene. Beautiful dark/sinister home studio atmospherics, killer fuzz guitar and demented lyrics about psychiatric care and drug experiences. A great record. And by all means: Don’t buy any other Dag Vag records after you’ve obtained this one.

48. I Jog & the Tracksuits - Redbox (Tyger Label UK 1978) More lost artform unique stumble-rumble from the UK. Sounds like it was recorded under water this one. A petty miracle of a pop tune with a sublime lyric about waiting for the bus. Gotta bless em for the stamina it takes to get a record out: Recording, Mixing, Mastering, Designing, Printing, Approving, Distributing, Balancing. All to get a little song about missing the bus heard by me 22 years later.

9. Injections -Prison Walls (Radioactive Records USA 1980) This has always been an extremely desired and expensive record in KBD/Japanese Tasty/Moustache circles, and it doubtlessly deserves its inflated price tag even though we aren’t talking chainsaw-buzz punk rock per se here.

50. Devils Hole Gang -Free The People (Slow Burning Fuse Records UK 1979) Huge moustaches, huge choruses, and a record that sounds like it was recorded inside one of those Moroccan hotel showers that basically consist of a huge tube of aluminum siding. My pretentious nature is such that I feel forced to unleash the folk art metaphor for this again. If your friendly neighborhood rare record dealer charges you a couple of C-notes for this and you feel like your being had for big G’s by the sleaze, then remember that you are investing in art, not buying a record!!

51. Funboy Five -Life After Death (Cool-Cat Daddy-O Records UK 1980) A pure pop record indeed, but where pricey production values would’ve turned this into a memorable Stiff Records 45, the band’s lack of bucks and resulting throwaway/enthusiasm production and energy has created a masterpiece. Both sides are stalwarts for a neighborhood sing-song or a rousing music hall chorus. Punk rock music hall: A genre waiting to happen again! [Messthetics #101]

52. How To Get Rich In Rotterdam - Dapper Dan (Vormgeving Rotterdam Records Netherlands 1981) Brilliant, plodding art-slop that reeks of inside jokedom. This record is a reason unto itself to pay ebay prices for vintage drum machines.

53. Come -Come Sunday (Come Organization UK 1979) Before William Bennett became the Benny Hill of industrial noise, his band Whitehouse were called Come and released a single and an album which both are quite lovely homemade art-dirge crankiness, a friendly psychedelic kind of crankiness indeed.

54. The Riotous Brothers -Vicki’s Dancing (Riotous Records 1980) How all these disparate bands came up with a sound this cohesive is a mystery to me. Any of the hints handed to us through fanzines and interviews only mess things up further: Yes, anyone could form a band, make a record, start a record label indeed. Where it gets weird is why so many of them harbor a similar tinny guitar sound, cardboard-y drums, messy synths, inept recording techniques, smart-assed lefty lyrics and nasal singing tone. This was not a movement. It was just a bunch of stuff that happened. That’s all. This record has the beautiful simplicity of a Shaker chair or a Maine seafood soup. The swanky speedpunk of "Operation Zero” or the plink-a plunk-a guitar solo on “Emotional Cripple” will some day have their own wing at the Victoria and Albert museum. Make my art primitive!

55. Partizans -Goods (A-Noyz Records UK 1980) Chain Gang’s retarded English cousins. Ace!!

56. Amor Fati -Economics 100 (Yuck/Flesh Records USA 1984 (?) Very angry anti-r&r/anti-big-business slightly tongue in cheek rant that shows spiritual kinship to “Rat City” by the Art Attacks. Vertical Slit/V-3. The odd blend of wanting in, wanting to play the game and wanting to stay the fuck away that is symptomatic for a lot of Ohio underground musicians (Shepard, Hummel, House etc.)

57. Desperate Bicycles -Skill (Refill Records UK 1978) Blazing DIY-shuffle and unmistakenly Bicycles. More pro production which has this one slip further down the list. Still godlike though.

58. Sarah Coffman -Titta Jag Ar Död (Konkurrenz Rekårdz Sweden 1980) Excellent primitive shit-rock by band from my hometown!

59. Hornsey At War -Deadbeat Revival EP (War Product UK 1979) Extremely amusing ultra-sloppy DIY. No discernable production values, sound-as-filtered-through-ground-beef, emotionally charged out-of-tune vocals, crackly guitar (broken cable?) and a true aura of dead end yobs (and jobs) instead of the more common middle class art school vibe as prevailing on most DIY records. Hornsey At War are complaining about English radio too: “They won’t play this record on the radio because it poses a threat!” Here tis again: That charming blend of hubris and defeatist that seems to penetrate the psyches of most people involved in underground music and/or collectors of it.

60. Take It -How It Is (Fresh Hold UK 1979) Stunning out of control DIY/noise not unlike a more frenzied Soft Boys, a more good Gang of Four or a less psychotic SPK. Igor and Simon seem like a couple of gents with some hardcore political and intellectual pursuits, and like the Desperate Bicycles before them I sense that the choice of releasing a noisy cheaply recorded 45 with a xerox cover was an act of some sort of political defiance, back in the day where such an act was not co-opted from the ground up by extreme sports and Wall Mart hair dye. [Messthetics Greatest Hits and Messthetics #2]

61. Rough Cuts EP (Z-Block Records UK 1980) Inspired sampler of four bands (The Boywonders, The Ghoulies, The Czechs and the Decadent Few) two of which tell us their age on the cover (The Boywonders are all 16, The Czechs are all 17). Humbling thought that such musical spirit could be mustered at such a tender age. Great variety of flavors too: The Boywonders great inept, spooky DIY strut where the band might think that a reggae influence is prevailing, us knowing that the stumbleblock shuffle bears more resemblance to ancient Celtic airs, the unbearable beauty of the Czechs utter disregard of tone, meter and signatures or the Ghoulies oddly Booker T-esque chug n’ scrape. The business, all and all. [Boywonders and Czechs on Messthetics #104: The Z-Block Story is here]

62. The Petticoats -Normal (Bla-Bla-Bla Records UK 1980) Ripping good-kind-feminist anti-normalcy rant. Spiritually uplifting in a way not dissimilar to first-hand experience of medieval church architecture, I shit you not. Recorded at Street Level which means that this record is Fuck Off Records related.

63. Reducers -We Are Normal (Vibes Product UK 1978) The sub genre Geoff Weiss-punk is hereby coined to describe this record. High-energy ineptitude. There is a strange kinship to the Pink Fairies/Deviants axis on this record ? A similarity in energy and attack, notwithstanding that the Reducers really don’t know how to play their instruments very well. [Messthetics #1]

64. Il Ya Volkswagens - Kill Myself (Mechanical Reproductions UK 1981) One more year in the rehearsal space for these guys and I wouldn’t be writing this. Discernable elements of gothrock and Bauhaus influence can be noticed as a faint vapor in this aural air to speak it in goth-speak, the crunch of the slightly sour guitar, the plodd of the (genius) bass line and the all-in slouch of the lethargic vocalist and the cracked-everyday electronics elevates this dirge into an 18 carat DIY-cruncher.

65. Quite Ridiculous Nonsense -Identity Crisis (No Label USA 1984) Most ace industrial wank of that rare late 70’s variety. Wildly entertaining experiments in four track flatulence and transistor radio static.

66. Pervers/Deutscher Abschaum split 7" (Suff Productions Germany 1984) The Godhead. Reminds me of Teddy and the Fratgirls or the Foams in the sense that one gets the notion that these must have been fun gals to hang out with or date. The timeless splendor of the arty urban misfit girl: Her goofy charm and no-holds-barred enthusiasm for all that she found weird, interesting or sexually appetizing. A toast to the art school weirdo outcast girls of the world: May they forever paint their room black or read Hermann Hesse to you in bed! The music is wild, out of control amateuristic slop goes from Electric Eels fuzzed out haterock to drumkits thrown down the stairs to minimal teen-angst and then back. Beautiful stuff. Got this in trade from Thurston Snore for some boring free jazz records back in the day. What a chump!

67. The Prats -Disco Pope (Rough Trade UK 1979) 15-year old Scottish schoolboy punks seething with rage over the demon disco. Early Downliners Sect-style one chord R&B shuffle complete with the drum breaks that made God decide not to spare humanity. Don’t miss it!

68. Plast -EP (Stranded Rekords Swe 1979) Four song EP of the finest in teenage punks attempting to embrace the confusion in their head from listening to TG, Cabaret Voltaire and Pere Ubu. An ungodly racket where the hostility of the chosen sounds meets the cozy ineptitude of the random noises. Plenty of short-wave noises and the crappiest of synths. Utterly charming.

9. Raincoats -Fairytale in the Supermarket (Rough Trade UK 1979) All enthusiasm/zero chops Ubu-esque DIY-charm from these stunning ladies. This is the best of their many records. Some kinda CD anthology that I can’t find right now was released in the USA on the basis of Kurt Cobain being a big fan.

70. Tone Deaf and the Idiots -Why Does Politics Turn Men Into Toads? (Blue Angel UK 1979) Tone Deaf and the Idiots how do I love thee. This flexi is taken from their debut album Catastrophe Rock which still stands alongside the Damian & the Criterions “Avant Garde”, Alvaro’s Drinking My Own Sperm and Kräldjursanstalten’s Voodoo Boogie as peerless monuments of original thought as far as late 70’s underground albums are concerned. Catastrophe rock indeed. This is what “Music from the Big Pink” would’ve sounded like if it had been performed by the Portsmouth Sinfonia.

71. Desperate Bicycles -Grief Is Very Private (Refill UK 1980) One of the mighty Bicycles more introspective and subtle moments. Their entire recorded output is well worth hearing, and the range of emotions they paint from their palate quite astounding.

72. Door and the Window -I Like the Sound (NB Records UK 1979) One of many brilliant anti-music art school rants by the grand old daddies of the very genre. They like sound, they don’t like the Pop Group, they like noise (um yeah!), they don’t like butter The list goes on and I can’t say that I reached any enlightenment as such by the end of this demented scratchy noise-fumble. But the journey sure was great.

73. Slugfuckers -Instant Classic (PRS Australia 1979) Homosexuals-y whiteguy funk/noise fracture that Liquid Liquid would’ve been pretty stoked about. Screeching scrape and dumb jokey asides. Who could ask for anything more?

74. Happy Cadavers -Nothing New (Undefined Records UK 1982) Punk/wave slop from the Midwest ? kind of aims for the Stranglers but hits Small Wonder Records. Charming stuff. Give me a fake English accent any day.

75. The Reflections - 4 Countries (Cherry Red UK 1981) Coulda been by the Desperate Bicycles this: stop/start gurgling plodding slop with most excellent Mark P. whining on top. Patented Karl Blake crumble-o-rific drumming not to mention the ambience added by the illustrious Nag of Door and the Window celebrity status. The Reflections album is well worthy of your grease as well as it is more of the same DIY-gunk but with a more contempo Recommended Records-type sound. [Messthetics #1]

76. Reacta -Stop the World (Battery Operated Records UK 1979) Another one that demands the Desperate Bicycles as cultural cookie cutter ? A beautiful ramble with the edgy guitars of Hilton Bomber-Thought Criminals.[Messthetics Greatest Hits]

77. Crash Action Winners - Hurricane Fighter Plane (Sonic International UK 1979) Somewhere in this mess of static and filtered mud are the chord-change(s) of “Hurricane Fighter Plane”. The sleeve hints at the band being American, the sounds point straight in the direction of an English middle class art school, and the record cover furthermore defines them as a bunch of record collectors to boot. Not only is a Roky Erickson tune given the same crap-o-riffic sonic treatment, but the shoddy crumb-bum picture sleeve showcases record covers by the Seeds, the 13th Floor Elevators, Russ Meyer and Question Mark and the Mysterians displayed in tasteful collage form. Messthetics #104

78. The Plastic Mechanical Pig -Book Brains (IX Recording Company Japan 1981) Tricky one here, Ricky and Paul, the two guys on the cover of the PMP 45, look like a couple of student teachers and the record sounds like a couple of student teachers recorded a Raisinets/Half Japanese hybrid on a primitive 4 track. Charming record this, with two folky DIY-punk cuts, but why on earth was it released in Japan?

79. V/A - Mell Square Musick EP (Yaw Records UK 1979) I’ve listened to this record a good dozen times or so, and my jaw still drops. Frenzied homemade punk where the energy could light up a medium-size town. Similar to the Tandstickorshocks, Seems Twice or Red Cross “Born Innocent” LP in its instinctive disregard for notes, chords and melody, the Accused or the 021 are more than deserving of particularly exquisite golden wings in the halls of the Valhalla of Amateurism. I bow my head. [Cracked Actor Messthetics #7; Accused and 021 - Messthetics #103]

80. Tandstickorshocks - Allan Vogalan (King Kong Records Holland 1980) The Dutch Puritan Guitars right here, it is almost spooky how similar the sound of the two bands is. Spinning these 45’s makes me wonder if this music somehow managed to sidestep rock & roll and the black music tradition as a core influence. There is something about the Tandstickorshocks which at the same time manages to remind me of Schoenberg, microtonal composers and Irish tin-whistle folk music. This is, needless to say, evidence that I should get out more often, but also that these slices of true-life counterculture juvenilia are not isolated from a cultural context, but embracers of it. Even if it did take a couple of decades for these records to be collected in some kind of organized manner. The kids in Tandstickorshocls must have been aware of Wire and the Young Marble Giants, but the minimal primitive music they create is original in the same manner as the artists on Pat Conte’s “Secret Museum of Mankind” compilations.

81. Foams - Paint Me (Pet Me Quick Records USA 1981) A classic of sorts. Frenzied, inept live recordings by this all-girl Austin Texas punk band. The only way that I can explain the similarities to the Slits or the Raincoats are that gals sure have a different way of looking at things, or at least playing drums. Great smutty lyrics and barky art-school vox too.

82. SST -Clutch On the Ward (Tidal Wave Records USA 1977) Super-inept hippie punk/DIY from California with lotsa early punk scenesters name-checked on the sleeve. Ted Falconi pre-Flipper on guitar.

83. The Simple Approach to Newtown Products EP (NTP Records UK 1980) My approach was to pay the inflated price the dealer was asking and happily walk home with this great record. 4 songs, four bands: Crimedesk are toilet-recorded DIY-slop, Basic Unit must be the most amateuristic goth band I’ve ever heard, Beat Necessity showcase only the finest in tuneless death-dirge with off-key howling and Story So Far is an awesome Joy Division/Factory Records attempt, but with no discernable musical talent. Needless to say, the whole EP is as charming as the day is long.

84. Hörförståelse -Förläst Jävel (CTR Sweden 1980) Demented art skronk of drums, bass and crap keyboards featuring out of tune vocals regurgitating about someone being an over-educated bastard. Perfect, really. A must for fans of primitive shit music.

85. What To Wear - Casual But Smart EP (Basic and Typical Records UK 1980 (?)) Inspired stumble as an attempt to play dub, The Homosexuals can do it ? These guys can’t. I don’t know if this given failure brought about something new, but this record is a very listenable stab at atmosphere by a DIY band with limited budget and equipment. The flip also contains a couple of amazing speed-pop DIY-rambles. [ Messthetics #104]

86. Contact -Future (Object Music UK 1979) An avantfied klutz by a band who probably wanted to be Tubeway Army one thinks as one gazes upon the sleeve. They move from sloppy pro-rock attempts to full-on art-noise to excellent DIY jingle and jangle. One of many excellent items on the Object label. [ Messthetics #106 and Messthetics #7]

87. Good Missionaries -Deranged in Hastings (Unnormality Records UK 1979) A great stop/start hiccup with the patented GM/ATV tinny guitars and peripheral production. What makes this stand out is that barely concealed aggression, like a slow fuse or something.

88. The Potent Human EP (L'Aventure Records UK 1980) I maintain, and not only because of my middle class lifestyle, that the Bathroom Renovations is the greatest band name in the history of rock. This EP is a four out of four winner. Brilliant DIY fumble from The Mekon (no relation), The Liggers , The Spurtz and the ultra-wah-wah power of the Bathroom Renovations. Let me type that again: Bathroom Renovations. [Liggers: Messthetics #106]

89. Disco Zombies -Here Comes the Buts (Dining Out Records UK 1980) This is my favorite of their three spectacular singles. Thw thuick brogue of an accent blends in a most interesting way with the crappy guitar and dull throb of the melody line or the voluptous Steve Severin-style bass line.

90. Record Players -Double C Side EP (Wreckord Records UK 1978) The Record Players came from Kent, which mustered a bit of a mod scene a couple years later, but otherwise wasn’t much of a factor in the punk (or DIY) world. Here they’ve mustered up an anti-MOR rant with a chorus that comes off kind of, eh, MOR-sounding. Imagine the classic DIY trashing, bashing and gnashing, but with one big ol’ chorus, and the most obvious bridge you’ll ever hear. “Ignore Us” on the flip is self-defeatist art that’ll piss all over any Magnetic Fields as far as smug self-hatred goes. “It’s just one thing you gotta do if you want to move along, ignore the music and ignore this song ? Ignore us and we might go away”. How about that. [Messthetics #1]

91. Boys and Girls Come Out and Play EP (Boys and Girls Records UK 1980) Might be a grade school project this one, and not an art school project. Bands like the Human Cabbages, The Profile and The Famous Five are very young sounding. The fragile beauty of these tunes remind me of the UK Voice of the People anthologies of field recordings of folk songs. The purity, private nature of the songs and homemade-ness makes for a truly intimate, moving listening experience. The people on this record should be proud of this slice of juvenalia 20-odd years later.[Profile -Messthetics #103 -also a Human Cabbages song]

92. False Idols -Ego Wino (Old Knew Wave Records UK 1980) Paul Morotta’s unknown English nephews. This could be a Poli Styrene Jass Band outtake. Great, spazzy DIY with jazzy chording and great, supressed aggression.

93. Bandage -Republik (Bandage Records Sweden 1978) Seems as if the average age of the band members is 16 or so, and that the mere existence of this record points to the purest and most blissfully unaware state of do it yourself: Some kids in a suburb of Stockholm getting turned on by punk rock and the notion of releasing their own record. The four songs are all fuzzed out riff rock, not unlike say, the Crucified EP, but the poor quality of recording, sound separation, levels and what have you is why the record is mentioned on this list. Not that any of that was done on purpose, mind you, for any DIY-ethic of sorts. Necessity and gratification and all that good stuff.

94. 49 Americans -Big Value (NB Records UK 1979) Another hidden Fuck Off Records release? The 49 Americans certainly moved in the same circles, and furthermore share plenty of aesthetic choices with Danny and the Dressmakers or the Instant Automatons. This record consists of 14 short blasts of fuzz punk meets art wank and is absolutely brilliant.

95. Gods Gift -925 (New Market Records UK 1979) Three tuneless tunes of the finest in fuzzed-out death-dirge DIY-slop. Kilslug jamming with the Door and the Window.[Messthetics #106]

96. Mud Hutters -Declaration EP (Defensive Records UK 1979) Mud Hutters ? Information EP (Dead Good Records UK 1979) Truly original band this. Somewhere in a Heartwork Records/Rock In Opposition neighborhood, but with a real Safe As Milk-crunch. There are psych elements on both these records, moments of blistering punk rock, and a generous infusion of the Desperate Bicycles (or Thought Criminals) ethics and esthetics. Fantastic records, and mandatory listening for any fan of the underground music of the late 70’s era. Unfortunately, their subsequent album isn’t great. By that time the band got Gang of Four damage.[ Messthetics #106: a track from their first EP is on Messthetics Greatest Hits]

97. Horrible Nurds -Consuming Passion (Half Wombat Records UK 1980) Oddly enough, this record sounds a hell of a lot like early Problem (Sweden) on the a-side, with the b-side being Tim Rose backed by ATV in a fantastic art-rock/DIY howler In that lost art form kind of way.

98. Reptile Ranch -Animal Noises EP (Z Block Records UK 1980) Thinking Fellers Union Local 282 (one of the most under-rated bands of the last 15 years says I and ponder an upcoming UT article) are here channeled way before they even were formed by some UK art school kids. Fantastic Beefheart-y R.I.O-hybrid DIY. Passionate, crude and obnoxious, sending this record to the top shelf of any record room! [Messthetics Greatest Hits]

99. Freiwillige Selbstkontrolle - EP (Zick Zack Records Germany 1980) Ace generic DIY/punk that could’ve been at home on an early Rough Trade 45.

100. The Rutto - Ei Paluuta (Ikbals Records Finland 1983) Figured I’d seal the circle with this one: A record as stupendous as “Medium Was Tedium” and as prominently throwing all the weight of the DIY-aesthetic on us, the listeners. The Rutto seem to be your 1983 run-of-the-mill small town punk rockers, and this 45 is generic, frantic buzzsaw guitar 2-chord punk. The magic with this one, however, is that in between the choca-blocks of teen nihilism is a noticeable sense of wonder and joi de vivre oozing thru’ the grooves, or maybe I am just getting old and sentimental. Thanks for reading.

Cool Marriage : Video



Covid à Marseille : un coup de chance

Retour avec Greg, infirmier et syndicaliste au Centre hospitalier universitaire (CHU) de la Timone, sur la façon dont les équipes soignantes ont affronté les deux mois d'épidémie de Covid-19 à Marseille. Et sur sa vision sans illusion de ce qu'on peut attendre (ou non) du « grand Ségur » de la santé.

Paris, mai 2020 / Photo Serge d

« Si on jette un coup d'œil en arrière, on peut s'estimer chanceux qu'à la manière d'un tremblement de terre, les ondes de l'épidémie aient touché Marseille en décalé par rapport à l'épicentre alsacien. Cela a permis de profiter à plein des mesures de confinement pour freiner la circulation du virus. Au final, nous nous sommes trouvés en position intermédiaire entre les zones de l'Ouest presqu'intégralement épargnées et celles de l'Est plus durement frappées.

Bien sûr, l'action des équipes soignantes sur le terrain a aussi été déterminante. Ce sont elles qui ont pris les bonnes initiatives pour réorganiser les services et ouvrir des lits supplémentaires alors que les pontes de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) continuaient à déverser en interne un flot de messages contradictoires et communiquaient en externe sur l'air du “tout est sous contrôle”. Pour le 1er mai, nous avons hissé sur la façade du CHU une banderole au slogan évocateur des sentiments partagés par une grande majorité des personnels : “Ni médaille ni charité”. Et qu'a fait le directeur général de l'AP-HM dans un de ces déplacements extérieurs ? Il s'est affiché en visitant un local dans lequel s'activaient des couturières bénévoles pour confectionner des surblouses de protection [1]. Qu'a promis Emmanuel Macron,via la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, le 13 mai ? Une médaille et une place pour les soignants lors du défilé du 14 juillet. On s'y attendait mais on n'est jamais complètement armé contre un foutage de gueule à ce point décomplexé.

On a pu prendre le pouls de l'ensemble du personnel dès que les “cellules Covid” nous ont autorisés à nous réunir physiquement en respectant les mesures de sécurité sanitaire. Tous et toutes, administratifs compris, ont parlé de l'intensité de la mobilisation surtout dans la mise en place des tests, du poids de la fatigue et de l'angoisse face au manque de matériel, de la colère aussi, qui s'était déjà beaucoup exprimée sur les réseaux sociaux. Tous et toutes ont dit s'être sentis abandonnés par des employeurs incapables de les protéger même dans une crise aussi grave. La défiance encore vis-à-vis du gouvernement, du directeur général du ministère de la Santé, des responsables de l'Agence régionale de santé (ARS) et de leurs discours remplis de héros, de sacrifices et de vide.

Bien sûr, il y a la fameuse prime de 1 500 €. Mais si on regarde la mesure de plus près,on s'aperçoit vite qu'il s'agit surtout d'une opération de communication du gouvernement pour faire taire les revendications et diviser les soignants. Tout d'abord, une distinction macabre est faite entre les départements en fonction du nombre de morts. Les plus “létaux” seront bien dotés tandis que les autres n'auront rien alors qu'ils ont peut-être tout simplement bien géré la crise. Ensuite, l'enveloppe budgétaire est insuffisamment provisionnée au niveau national et ce sont aux dirigeants locaux de la compléter. Mais comme ils savent que l'État leur demandera de rendre des comptes sur leurs dépenses, que leur carrière reste étroitement liée aux économies budgétaires, ils essayent de gratter sur le montant de la prime en multipliant les critères d'exclusion et de réduction. Toutefois, cette prime n'endort personne même si elle va mettre pas mal de beurre dans les épinards de celles et ceux ayant les rémunérations les plus faibles.

Les réunions reprenant entre nous et la direction, on s'est attelé à faire le bilan de la crise. On a aussi suivi ce qui s'était passé à Nancy et Saint-Étienne,deux cas emblématiques de la poursuite du “toujours plus d'exigences avec toujours moins de moyens” [2]. Dans notre ligne de mire, le comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins (Copermo) qui prévoit la suppression de 1 000 postes (soignants et administratifs) et la fermeture de 400 lits à Marseille. Pour l'instant, nous n'avons obtenu que sa suspension.

Par ailleurs, si les mots ont changé avec la crise sanitaire et ses conséquences sur l'organisation du travail – retour d'expérience, télétravail, téléconsultation, coordination avec le privé –, les objectifs demeurent. Ils peuvent même connaître une nouvelle ardeur quant à leur réalisation avec le grand Ségur de la santé lancé le 25 mai dernier. Là aussi le lexique employé nécessite un décodeur : promotion de la souplesse des équipes ou de la mobilité des agents pour ne pas dire flexibilité désormais trop connotée. Comme le gouvernement l'avait fait avec les instituteurs précédemment, on sent pointer à l'horizon une vieille lune des technocrates néolibéraux : en finir avec les 35 heures en conditionnant une augmentation des salaires à un assouplissement du temps de travail. En revanche, sur le concret, l'évolution de la grille indiciaire qui permettrait une véritable revalorisation des traitements dans la fonction publique hospitalière, pas un mot. Sur l'arrêt des fermetures de lits et des fusions de services, nada. À la place un discours ahurissant sur des réformes qui n'ont pas été assez rapides ! À 20h05, un assaut de bonnes intentions pour renforcer l'État-providence. Dans les coulisses, une note de la Caisse des dépôts et consignation [3] débordant de propositions favorables à la privatisation du système de santé : du développement des partenariats public-privé au rapprochement entre médecine de ville (libérale) et hôpital public en passant par la place grandissante accordée aux soins ambulatoires.

Mais le carton plein pour le pouvoir actuel serait le démantèlement du statut de la fonction publique déjà très partiellement engagé avec le plan de réformes “Action publique 2022” qui facilite le recours aux contractuels. Concernant l'hôpital, ils ont déjà un cheval de Troie idéal : le statut d'établissement privé à but non lucratif lequel a déjà été adopté par l'hôpital européen et l'hôpital Saint-Joseph à Marseille. Les salariés y sont sous contrat comme dans une clinique et ne disposent plus d'aucun des droits protecteurs associés au statut de la fonction publique.

Dans les médias, un discours se fait de plus en plus insistant sur le poids de la bureaucratie dans le système de soins français. Il est aussi porté par certains membres du collectif inter-hôpitaux composé principalement de médecins, certains très bons comme le pédiatre Jean-Luc Jouve, d'autres plus à droite. Beaucoup sont nostalgiques du système de soins en place avant la loi Bachelot de 2009 qui reposait sur une direction bicéphale entre médecins et hauts fonctionnaires mais sans les représentants des patients, des paramédicaux. Pour nous, la différence se fait entre les administratifs, des agents de catégorie C ou B très mal payés en comparaison de leur rôle important dans le fonctionnement de l'hôpital public et l'administration peuplée de managers, de sous-directeurs et de directeurs assujettis à un système de primes parfois opaque. En fait, pour gérer les tensions, les épuisements professionnels consécutifs à la nouvelle organisation du travail, les pouvoirs publics ont créé quantité de nouvelles strates administratives en démultipliant les nouveaux postes de gestion des ressources humaines.

Concernant le professeur Raoult, les faits sont en train de démontrer qu'il s'est bien planté en sacrifiant la méthode scientifique sur l'autel de la notoriété. Avant la crise, son Institut hospitalo-universitaire possédait un rayonnement national, après la crise, même les red necks du Missouri connaissent son existence.

La mobilisation est en train de monter et devrait culminer lors de la manifestation intersyndicale du 16 juin. Malgré la fatigue, la crainte d'être réprimé, les divisions traditionnelles qui peuvent ressortir à tout moment. Mais, pendant que la direction ne cesse de dire “On a bien géré la situation”, les collègues savent qu'ils ont été les seuls à devoir faire face à cette crise sanitaire. Ils ont pris conscience massivement de leur rôle essentiel et se réapproprient leurs revendications à l'image de l'action que nous avons menée à plusieurs centaines dans l'enceinte de la Timone le 26 mai dernier lors du premier “mardi de la colère”. Pas sûr que nous ayons autant de chance la prochaine fois…

Propos recueillis par Iffik Le Guen

D'autres paroles de soignants et soignantes en colère sont à retrouver dans le prochain CQFD (n°188), qui sort en kiosque ce vendredi 5 juin.


[1] Plusieurs vidéos montraient le 5 avril dernier des infirmières de la Timone équipées de surblouses se déchirant lorsqu'on essayait de les enfiler. Niant toute convocation disciplinaire de ces soignantes, la direction a préféré parler de “l'organisation d'un retour d'expérience par la cellule qualité ».

[2] Début avril, le directeur de l'ARS Grand Est Christophe Lannelongue annonçait la poursuite des suppressions de postes au CHRU de Nancy tandis que mi-mai la direction du CHU de Saint-Étienne lançait un plan de restructuration de certains services.

« Ce n'est plus seulement le combat de la famille Traoré, c'est votre combat à vous tous »

Plus de 20 000 personnes se sont rassemblées le 2 juin à Paris contre les violences policières racistes. En écho au vaste mouvement qui secoue les États-Unis, ces milliers de manifestants ont demandé justice aux côtés du Comité Adama et d'autres familles endeuillées par des homicides commis par la police.
Personne ne s'attendait à autant d'affluence. Le rassemblement appelé par le Comité Adama le 2 juin a réuni entre 20 000 et 40 000 personnes devant le Palais de justice de Paris, à Porte de Clichy. Adama (...)

- Résister / , , , ,

fast car

Covid 19 : les économistes de Bruno Le Maire saturent l'espace médiatique

Ça s'en va et ça revient : à chaque crise économique, la joyeuse ronde des économistes orthodoxes est télévisée. Rodée, elle est orchestrée par des journalistes qui, au rythme des hoquets de la mondialisation libérale, délèguent toujours aux mêmes les analyses – souvent erronées – et les propositions – toujours homogènes. La période de confinement (16 mars – 10 mai) – et plus largement celle qui est concernée par la crise du coronavirus – n'a pas changé la donne. Au contraire, elle a renforcé les disparités déjà existantes.

« Les caisses sont vides, les coffres sont pleins et les économistes réfléchissent », scandait le journal Le Plan B en décembre 2008. Douze ans plus tard, invité dans les « Matins » de France Culture [1], l'économiste Patrick Artus a le mérite de l'honnêteté. Revenant sur la gestion de la crise financière de 2008-2009, il confesse : « On avait fait, en Europe, une bêtise que tout le monde reconnait aujourd'hui être une bêtise , qui était de retourner à l'austérité budgétaire. […] On avait eu peur des déficits publics, et dès 2010-2011 on avait fortement réduit les déficits publics. Tous ceux qui regardent ça, et même ceux qui avaient mis en place ces politiques à l'époque, disent que c'était une erreur . »

Très présent dans les médias depuis le début de la crise du Covid-19, le chef économiste de la Banque d'affaire Natixis fait partie d'un groupe d'une vingtaine d'économistes qui, chaque semaine, conseillent le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire. Tous parisiens, à plus de 80% masculins et avec une moyenne d'âge de 64 ans, ces économistes analysent la conjoncture du pays et font des recommandations [2].

Nous ne serons pas étonnés de voir que dans la liste de ces 22 économistes [3], on retrouve la plupart de ceux qui, dix ans plus tôt, avaient confectionné la « bêtise » de l'austérité budgétaire. Et qui, plus globalement, ont toujours été favorables à l'ouverture à la concurrence des services publics, à la financiarisation de l'économie et à la réduction des dépenses publiques.

Si dans ce pool de conseillers, certains sont méconnus du grand public ou sont des institutionnels incontournables pour un ministre de l'Économie (comme le patron de l'Insee, Jean-Luc Tavernier ou le chef économiste de la Banque de France, Olivier Garnier), d'autres sont là et occupent l'espace médiatique depuis au moins un quart de siècle : Patrick Artus, donc, Nicolas Bouzou (Cabinet de conseil, soutien d'Emmanuel Macron), Jean Pisani-Ferry (Sciences Po Paris, ancien directeur du programme d'Emmanuel Macron, membre du Cercle des économistes), Jean-Hervé Lorenzi (Paris-Dauphine, président du Cercle des économistes), Philippe Aghion (Collège de France, soutien d'Emmanuel Macron en 2017, membre du Cercle des économistes), Daniel Cohen (Normale sup, économiste à la Banque Lazard), Élie Cohen (CNRS, soutien d'Emmanuel Macron en 2017, (ex-)administrateur de nombreuses entreprises privatisées – Orange, Pages Jaunes…), Laurence Boone (OCDE, membre du Cercle des économistes), etc.

Ils sont partout


Et c'est sans surprise aussi que, depuis le début de la crise, et malgré notre appel à les faire taire, les médias s'évertuent à inviter ces mêmes économistes. Et plutôt deux fois qu'une.

Dans la presse d'abord. Durant deux mois (mars-avril), ils ont signé – individuellement ou à plusieurs – pas moins de 54 tribunes ou articles (dont 23 papiers rédigés par Patrick Artus, 11 par Nicolas Bouzou, six par Daniel Cohen, six par Agnès Benassy-Quéré – également membre du Cercle des économistes) [4]. À titre de comparaison, Thomas Piketty, économiste moins orthodoxe, reconnu dans le monde académique, parisien – c'est une caractéristique essentielle (nous y reviendrons plus bas), chroniqueur associé au Monde, mais critique à l'égard de l'économie de marché, n'en a signé que deux sur la même période.

De plus, leurs noms reviennent régulièrement dans les articles sur la crise économique, puisque les journalistes recyclent leurs vieux carnets d'adresses. Patrick Artus a été cité 74 fois, Daniel Cohen 63 fois, Nicolas Bouzou 30 fois, Philippe Aghion 25 fois… et à eux tous, ils cumulent 458 citations dans la presse française (et les dépêches) sur 61 jours [5]. Ainsi aura-t-on pu lire plus de sept fois par jour le nom d'un économiste qui conseille Bruno Le Maire. D'un autre côté, regroupés au sein du collectif des « économistes atterrés », une cinquantaine d'économistes hétérodoxes tentent tant bien que mal de se frayer un espace dans les médias : mais l'occurrence « économistes atterrés » n'apparait que 31 fois sur deux mois dans notre base de données… et la plupart du temps dans le journal L'Humanité.

À la radio, sur France Inter notamment, les conseillers de Bruno Le Maire ont leurs ronds de serviette. Et c'est à se demander « qui invite qui ? ». Toutes émissions confondues, Daniel Cohen a été reçu trois fois en deux mois (dont deux dans la matinale – les 10 mars et 26 mars, et une fois dans « On n'arrête pas l'éco » le 2 mai) ; Laurence Boone deux fois (dans la matinale, les 10 mars et 8 avril) ; Mathilde Lemoine (chef économiste à la banque Rothschild et administratrice chez Carrefour) une fois (le 11 avril dans « Le téléphone sonne ») ; Nicolas Bouzou une fois (dans « Le téléphone sonne » du 10 avril, où il était accompagné de deux autres semblables, dont Philippe Dessertine [6])... Afin de diversifier un peu les invités économistes, Léa Salamé prend son courage à deux mains et sollicite le plagiaire Alain Minc le 6 mai dans la matinale. Quelle audace ! Le recyclage des mêmes têtes n'épargne pas non plus les émissions « décalées » : le 25 mars, Charline Vanhoenacker et son équipe choisissaient de rediffuser l'épisode de « Par Jupiter ! » avec le journaliste économique de RTL François Lenglet… c'est vrai qu'un peu d'orthodoxie libérale (même s'il s'en défend parfois), ça manquait.

Injustement oublié, Élie Cohen se rattrape sur les autres chaînes du service public : le 10 mars, il passe sur France Info ; le 14 mars, il est invité sur France Culture et sur France Info ; le 31 mars, il se rend sur Public Sénat et Arte, et une nouvelle fois sur France Info le 9 avril. Mais c'est l'émission « C dans l'air », diffusée sur France 5, qui lui déroule un tapis plus rouge que rouge : Élie Cohen y a été convié quatre fois en un peu plus d'un mois [7]). Dans cette émission, les francs-tireurs de l'économie de marché sont comme des coqs en pâte : le directeur de la rédaction des Échos et chroniqueur sur France Inter Dominique Seux est passé trois fois en 15 jours dans l'émission, Philippe Dessertine, grand chantre du libéralisme économique, est intervenu six fois en deux mois. Les « économistes atterrés » ? Aucune invitation. Les journalistes économiques critiques de l'économie de marché (il y en a à Charlie Hebdo ou à l'Humanité) ? Aucune invitation. On leur préfère naturellement Christophe Barbier…


Le cas Bouzou



Si durant les mois de mars et avril 2020, quelques « économistes atterrés » (David Cayla, Christophe Ramaux, Dany Lang, Benjamin Coriat, Nathalie Coutinet…) ont été invités à la télévision (six fois) ou à la radio (cinq fois) [8], ce n'est pas le cas de Nicolas Bouzou. Non, ce n'est pas en allumant la télévision ou en écoutant la radio que nous pouvions suivre l'omniprésent expert. C'est en regardant Nicolas Bouzou qu'il était possible de se connecter aux médias. Telle une télécommande : à chaque numéro, une chaîne ! À chaque date, un média. Europe 1 ? Le 8 mai. « C dans l'air » sur France 5 ? Le 7 mai. Paris Première face à Zemmour et Naulleau ? Le 6 mai. CNews ? Oui, le 5 mai. Les Échos ? Une tribune le 5 mai aussi. Un quotidien de droite ? Dans Le Figaro, le 2 mai. L'Express ? Également, le 3 mai. Paris Match ? Non… si, le 2 mai. Et sur France Info ? Le 30 avril. Avec Yann Barthès dans « Quotidien » sur TMC ? Naturellement : le 29 avril.

Tous les jours, plusieurs fois par jour. L'Expansion : 29 avril ; CNews : 29 avril ; Skynews : 29 avril ; Huffingtonpost : 29 avril ; CNews : 28 avril ; « JT » de TF1 : 27 avril ; « C dans l'air » sur France 5 : 25 avril ; L'Express : 26 avril ; Arte : 23 avril ; Skynews : 22 avril ; Europe 1 : 22 avril ; Canal + : 20 avril ; « C dans l'air » sur France 5 : 18 avril ; L'Express : 19 avril ; LCI : 16 avril ; Journal du Dimanche : 16 avril ; BFM-TV : 15 avril ; L'Expansion : 16 avril ; CNews : 14 avril ; Canal + : 13 avril ; Europe 1 : 13 avril ; Valeurs Actuelles : 7 avril ; France Inter : 10 avril ; Radio Classique : 8 avril ; Les Échos : 6 avril ; « Quotidien » sur TMC : 7 avril ; Sud Radio : 7 avril ; L'Expansion : 1er avril… Ad nauseam.

Son omniprésence est telle qu'on en oublie son existence. Il est l'oxygène des médias, il fait partie des murs. Mais rappelons tout de même qu'il ne prend pas la parole – plusieurs fois par jour, donc – pour donner la recette de la pâte à crêpes, mais plutôt celle de la destruction des services publics [9].

Les mêmes, toujours les mêmes



Si ces économistes omniprésents dans les médias depuis le début de la crise traînent dans les ministères, ils sont ceux qui chuchotent aussi à l'oreille du locataire de l'Élysée. Ainsi, Daniel Cohen, Philippe Aghion, Patrick Artus, Elie Cohen, Jean Pisany-Ferry, Philippe Martin, Jean-Luc Tavernier et Laurence Boone sont allés déjeuner le 15 mai avec Emmanuel Macron. Ceux-là mêmes qui depuis quelques décennies, occupent le devant de la scène médiatique sur les questions économiques.

Pour mémoire, nous avions comptabilisé les invitations d'économistes dans les émissions de débats des chaînes publiques (France 2, France 3 et France 5) sur la période allant du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2012 [10]. Au total, il y avait eu 401 invitations partagées entre 89 économistes. Il était intéressant de voir que la répartition des invitations n'était pas du tout équilibrée, et que quelques économistes trustaient une grande partie des interventions dans les médias : un oligopole de huit d'entre eux se partageait plus de 50% des invitations (206 sur 401).

Si l'on excepte Bernard Maris (19 passages sur les trois chaînes publiques), ces économistes étaient tous aisément classables dans la catégorie des « orthodoxes », favorables à l'économie de marché parfois sans bornes (pour Michel Godet avec 33 passages) ou parfois – un peu – régulée (pour Daniel Cohen avec 22 passages). Le plus présent était Élie Cohen (37 passages). On retrouvait également : Philippe Dessertine avec 32 invitations, Jacques Attali avec 25 passages, Christian Saint-Étienne avec 23 invitations et l'incontournable Nicolas Bouzou, avec 15 passages sur France Télévisions. Exit donc, et sans successeur, l'hétérodoxe Maris, assassiné lors des attentats contre Charlie Hebdo (7 janvier 2015), et exit MM. Godet et Saint Étienne, qui semblent sortis (provisoirement) des radars médiatiques. Pour le reste, Jacques Attali – chroniqueur à L'Express – est toujours bien présent.

Nous ne reviendrons pas ici sur les pronostics ratés à répétition des économistes plébiscités hier dans les médias, et qui conseillent les princes en continu depuis plus de vingt ans. Toutefois rappelons celui de Daniel Cohen dans l'émission « Face à Minc », sur la chaîne Direct 8 le 7 juin 2008 : « La crise financière est a priori passée. Le risque que la crise financière dérape en crise systémique où les banques tomberaient comme des dominos, ça, ça semble écarté. » Et un mois plus tard, les banques commençaient à tomber comme des dominos… Mais soyons honnête, il ne fut pas le seul à se tromper : Patrick Artus ou Élie Cohen disaient la même chose au même moment.

Le problème principal reste que les choix économiques qu'ils ont appuyés ont donné le « la » médiatique : les politiques d'austérité – ces « bêtises » pour reprendre le mot de Patrick Artus – qu'ils ont acclamées furent qualifiées d'« inévitables ». En face, ceux qui disaient – et écrivaient – que c'était une « erreur », n'ont pas trouvé beaucoup de portes (ni de fenêtres) ouvertes dans les grands médias.

Or, quel constat tirons-nous en mai 2020 ? Ceux qui se sont le plus trompés – qui n'ont vu venir ni la crise des subprimes, ni celle de la zone euro –, ceux qui ont recommandé de faire des « bêtises » sont toujours surexposés par les médias (et dans les petits papiers des politiques). Pour livrer leurs « analyses » d'une crise dont ils ont plébiscité les causes pendant des décennies, et pour dresser les perspectives d'avenir ! Des médias aveuglés, routiniers, qui redoublent même l'offensive : fin avril, Sibyle Veil et la direction de radio France scellaient un partenariat avec le très orthodoxe Cercle des économistes, projetant non seulement d'accueillir leur raout annuel dans les locaux du service public, mais également de promouvoir l'événement – et donc ses protagonistes – sur ses antennes.

Il existe également des exceptions : étonnamment, l'économiste Xavier Ragot, président de l'OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), membre lui aussi des invités du lundi de Bruno Le Maire, est peu invité dans les médias. Ancien conseiller d'Arnaud Montebourg, il lui a été reproché pendant des années d'être plutôt keynésien (comprendre : favorable à l'intervention de l'État dans l'économie). Il ne s'est pas lancé dans des pronostics ratés et n'a jamais préconisé l'austérité comme mesure de sauvetage de la Grèce. Alors qu'il est reconnu académiquement et qu'il reste dans les clous de l'acceptable d'un point de vue médiatique – « civiliser le capitalisme » prône-t-il en titre de son dernier ouvrage (Fayard, 2019) ! – les médias ne le convient pas. Ou peu. Régulièrement dans Alternatives économiques, jamais dans « C dans l'air », dans les matinales de France Inter ou sur BFM-TV.

Pourquoi les mêmes ?


Et c'est à cet instant que se pose la question : pourquoi ? Pourquoi invite-t-on toujours les mêmes, avec leurs lots de « bêtises » et « d'erreurs » ? Ceux qui défendent l'économie de marché et qui sont peu regardants sur les dégâts du capitalisme ?

Pourquoi invite-t-on peu les keynésiens ? Et pourquoi n'invite-ton jamais les économistes hétérodoxes ? Ceux d'Attac ? Les économistes atterrés ? Frédéric Lordon ? Bernard Friot ? Ceux qui n'ont pas soutenu les politiques d'austérité ?

La réponse tient en quatre points :

1- Les économistes invités régulièrement dans les médias doivent être « des spécialistes de la pensée jetable », pour reprendre une expression de Pierre Bourdieu. Les meilleurs exemples sont Nicolas Bouzou ou Agnès Verdier-Molinier : entre le temps passé au maquillage avant les émissions de télévision et le temps passé dans les taxis, ils n'ont pas le loisir de construire un raisonnement économique original. Ils pensent par idées reçues, voguent au rythme des opinions dominantes, et recrachent la même tambouille à toutes les sauces : trop de fonctionnaires, trop d'État, pas assez de concurrence, pas assez de marché.

2- Ils doivent être disponibles. Autrement dit, malgré Zoom, Skype et Starleaf, ils habitent Paris et accourent dès qu'on les siffle. Au garde-à-vous, car ce sont de bons clients : concis, pédagogues, ils n'ont pas besoin de parler longtemps, puisqu'ils sont là tous les jours : leur discours tourne en boucle. Il est plus facile d'ânonner un catéchisme qui a déjà été claironné pendant trois décennies, que de prendre à rebrousse-poil des préjugés éculés et de déconstruire le discours dominant.

3- Ces sollicitations répétées découlent ensuite des pratiques des journalistes. Caractérisées, d'abord, par l'incompétence : « Beaucoup d'entre eux sont d'une paresse étonnante » explique d'ailleurs très bien… Patrick Artus [11]. Ils n'invitent que ceux qu'ils connaissent. Nicolas Demorand, même s'il a reçu une fois Frédéric Lordon sur France Inter, a invité une quinzaine de fois Daniel Cohen dans les différentes émissions qu'il a présentées [12]. Les journalistes-animateurs occupant les mêmes fonctions au fil des décennies se copient les uns les autres, ne renouvellent pas leur carnet d'adresses et quand ils partent, le laissent à leurs successeurs (ainsi, après le départ d'Yves Calvi de « C dans l'air », Caroline Roux, Bruce Toussaint ou Axel de Tarlé, ont continué à inviter les mêmes économistes, dans les mêmes proportions : Élie Cohen [13] et Philippe Dessertine en tête !) Ainsi, on préfèrera inviter ceux qui furètent dans les coulisses du pouvoir (économiques, politiques) et s'inféoder aux éternelles mêmes sources – dont on rappelle qu'ils font partie ici du « pool de conseillers » officiel du gouvernement.

4- Enfin, pressions et routine débouchent, chez les programmateurs et autres journalistes moins « hauts placés », sur des phénomènes d'autocensure, au mieux, et au pire, sur une normalisation des réflexes : recourir aux mêmes pour des raisons idéologiques, en partie du moins, comme dans le cas du partenariat Radio France/Cercle des économistes évoqué plus haut. Ajoutons à cela que la dégradation des conditions de travail – impliquant notamment le défaut de spécialisation et le manque de temps – ne permet ni la réflexion, ni la recherche, et conforte la médiocrité.

***



Dans l'une de ses nombreuses interventions durant la période du confinement, Patrick Artus s'inquiète pour la suite : « S'il y a une deuxième vague aussi horrible, honnêtement, on change de monde, hein. (...) Si on refait la même chose, ce n'est plus du tout la même situation, on passe dans une économie, plutôt, genre "économie de guerre", où il faudra nationaliser toutes sortes de secteurs d'activités, peut-être les banques, peut-être il faudra fermer les marchés financiers. Donc on n'est plus du tout dans la même plaisanterie. » [14]

Trêve de plaisanterie donc : espérons cette fois-ci, puisque la crise économique et sociale est déjà là, que les cartons d'invitations médiatiques changent de main.


Mathias Reymond


[1] 19 mai 2020.

[2] Le Figaro, 4 mai 2020.

[3] L'Opinion, 17-18 avril 2020.

[4] Source : Factiva.

[5] Source : Factiva.

[6] Voir notre article « Est-ce que France Inter se moque du monde » (13 avril) à propos de cette émission.

[7] Les 7 avril, 10 avril, 15 avril et 12 mai.

[8] Voir la liste des passages dans les médias sur leur site Internet.

[11] Le Point, 22 mai 2008.

[12] Et si certains économistes hétérodoxes refusent les formats rabougris et les dispositifs médiocres des émissions de radio ou de télé (ce n'est pas Acrimed qui leur jettera la pierre !), ce n'est pas le cas de tous : de ce fait, ces derniers pourraient apparaître plus souvent à l'écran.

[13] L'économiste a ainsi fait 16 passages dans l'émission dans les deux années suivant le départ de Yves Calvi (en septembre 2016).

[14] Sur Boursorama, 16 avril 2020.

Au Brésil, militants antifascistes et mouvements d'émancipation défient le président Bolsonaro

Pendant que les États-Unis se soulèvent contre le racisme, au Brésil, des clubs de supporters de foot antifascistes manifestent contre le président d'extrême droite et convergent avec d'autres mouvements sociaux.
Tout est parti d'une attaque de militants d'extrême droite contre des supporters de foot du mythique club Corinthians, de São Paulo – club dont les joueurs et les supporters étaient à la pointe de la lutte contre la dictature militaire au début des années 1980. Ce 31 mai, en réaction à cette (...)

- Résister / , , ,

FanXoa : “Educate yourself” – le message de Terrence Floyd, le frère de George Floyd

Messages et colère d’une Amérique blessée.

“Peace on the Left / Justice on the Right”.

LA FRANCE PUE RADIO SHOW 02/06/2020

Another radio show recorded in our home studio, we tried our best with the voices, but it can still be improved, next time.

Encore une émission enregistrée à la maison, on a essayé de faire au mieux pour les voix, mais ça peut encore être amélioré, la prochaine fois.

1/ COCHE BOMBA (Lyon, France) « La France Pue » from split LP w/Enola Gay (1995)

2/ EIEFITS (Tokyo, Japon) « Dont’ Abuse Me » from « メザメ » LP (2018)

3/ SURFBORT (New York, US) « Dope » from « Friendship Music » LP (2018)

4 + 5 / LACK OF INTEREST (Burbank, US) « My Life » + « Tough Guy » from « Trapped Inside » LP (1999)

6/ UNHOLY GRAVE (Nagoya, Japon) « Respect Others » from « Hatred ? » CD (1997)

7/ THE SONICS (Tacoma, US) « The Witch » from « Here are the Sonics » LP (1965)

8/ SUNDANCE KIDS (Grenoble, France) « La Chevauchée Fantastique » from « s/t » 10 » (2008)

9/ ROTURA (Barcelona, Espagne) « Insurreccion » from « s/t « EP (2020)

10/ PARASYTES (Montréal, Canada) « Boxed-In » from « Boxed-In » EP (2019)

11/ HOMOMILITIA (Lodz, Pologne) « Rzeczywistosc Gryzie » from « s/t » LP (2020)

12/ KONTATTO (Bologna, Italie) « Rifiuto » from « Fino alla Fine » LP (2017)

13/ VOMIT YOURSELF (Auch, France) « Police Factice » from split LP w/Enola Gay (1995)

14/ SPAZZ (Redwood City, US) « Let’s Fucking Go » from « Crush Kill Destroy » LP (1999)

15/ YACOPSAE (Hamburg, Allemagne) « Asozial » from « Einstweilige Vernichtung » LP (2001)

16/ BLACK PANDA (Barcelona, Espagne) « Ataque R4 » from split LPw/Holocaust in Your Head (2008)

17/ LOS DOLARES (Caracas, Venezuela) « Emancipacion » from split EP w/Dona Maldad (2003)

18/ TUONO (Italie) « Non mi aspetto più niente » from « Ho scelto la Morte » LP (2019)

19/ CHOKED UP (New York, US) « Water Signs » from « Dichozos Corazon » LP (2019)

20/ SPECIAL INTEREST (New Orleans, US) « Young, Gifted, Black, In Leather » from « Spiraling » LP (2018)

21/ MERCENARIAS (Sao Paulo, Brésil) « Me Perco » from « Bau 83-87 » LP (2018)

22/ VISIONS OF WAR (Liège, Belgique) « Beyond » from split LP w/Olho de Gato (2002)

23/ ESCAPE (Orléans, France) « Zéro Mine » from « Echappe A L’Histoire ! = Geh Weg ! Aus Der Geschichte ! » EP (1993)

24/ HERÄTYS (Suède/Finlande) « Ei Diagnoosia » from « Helvettiin Ja Takaisin » EP (2010)

25/ THE FLUE SNIFFERS (Bretagne, France) from « A Species Elite ? » 10 » (2011)

26/ DETOX (Beirut, Liban) « Surrounded by Filth » from « Sects & Violence » Tape (2020)

27/ DEMOKHRATIA (Alger, Algerie) « الجربوع لزرڨ » from « ماتّمنيكش » Tape (2020)

28/ DIAZ BROTHERS (Sunderland, UK) « This Hating Nation » from upcoming « s/t » LP (2020)

29/ INSTITUTE (Austin, US) « MPS » from « Readjusting the Locks » LP (2019)

30 + 31 / ESCAPE (Orléans, France) « Non Conforme » from « Echappe A L’Histoire ! = Geh Weg ! Aus Der Geschichte ! » EP (1993)

32/ KVAERN (Helsingør, Danemark) « Mig » from « s/t » EP (2009)

33/ OUT WITH A BANG ! (Verona, Italie) from « I’m against it ! » EP (2005)

34/ AN UNEASY PEACE (Portland, US) « Speaking in Tongues » from « s/t » EP (2020)

35/ PRIMITIVE TEETH (Chicago, US) « Bubble of Me » from « s/t » EP (2020)

36/ GUNS ’N’ WANKERS (London, UK) « Blah Blah Blah » from « Pop – Hardcore – Metal – Silly (The Complete Recordings ’93-’94) » LP (2019)

37/ THE JUDAS ISCARIOT (US) « Thespian Imperative » from split LP w/Seein’ Red (1998)

38 + 39/ ABJECT OBJECT (Paris, France) « Double Speak » + « Cruel » from « Romance » LP (2013)

40/ GENERATION DECLINE (Bremerton, US) « Papers » from « Nothing left for us » LP (2018)

41/ OPERATION (Göteborg, Suède) « Kött Är Mord » from « Frihet ? » LP (1997)

42+43/ OI POLLOI (Ecosse / Finlande) « Blame it on the System » + « Crust Party » from split EP w/Sekasorto (2019)

44/ NERVOUS SS (Skopje, Macédoine) « Hiroshima, Nagasaki, Skopje » from « Future Extinction » LP (2019)

45/ MASSICOT (Genève, Suisse) « Louac » from « Morse » LP (2015)

46/ MALAÏSE (Lyon, France) « Home » from « Hearts of Darkness » LP (2016)

47/ CONSUME (Seattle, US) « Victory is Nigh » from split LP w/Born/Dead (2003)

48/ RESTRAINING ORDER (Boston, US) « Addicted to this Life » from « This World is too much » LP (2019)

 

EIEFITS (Pic : Teppei Miki)

rAD_yAUTe : Noiss, « Deafening » EP

C’était cool, le grunge, les chemises à carreaux, tout ça… et il y avait même de sacrés bons groupes dans le lot. Mais je dois dire que ce n’est pas le mouvement musical qui a le plus retenu mon attention et, lorsqu’un groupe se réclame haut et fort de ce courant, j’y vais avec une curiosité assez prudente. Après un premier ep sympathique, Noiss reviennent aux affaires avec cette deuxième galette enregistrée au Purple Sheep Studio et qui commence à se rapprocher sérieusement, on imagine, de l’idéal de sueur et de gros riffs des Chambériens. Tout y est, la scène est presque parfaite. Le son, la voix rocailleuse, on les voit, on les entend, on les sent sur scène. Nul doute que que Noiss est un groupe sincère qui en veut et qui croit à sa ligne musicale et c’est une des qualités de ces morceaux de ne pas trop en faire pour laisser parler ses idées, comme sur l’instrumental tout simple « Enjoy this day », ou mettre en valeur les lignes vocales éraillées. Même si ces cinq morceaux s’appuient largement sur des recettes qui ont maintes et maintes fois fait leurs preuves, leur force de conviction emporte tout de même l’adhésion et doivent certainement faire leur effet en live. Seulement, seulement, on adorerait que ce groupe, tout en gardant les racines qui font son identité musicale, nous emmene ailleurs, dans un endroit qu’on ne connaisse pas déjà.

>>>>>>>>>> NOISS

L’article Noiss, « Deafening » EP est apparu en premier sur rAD_yAUTe.

Examens à distance : BFM-Lille désinforme

Encore un sujet bâclé sur la chaîne d'information en continu.

C'en est lassant. Chaque jour voit apparaître son petit lot d'informations bâclées adossées à des sujets convenus. Dernier en date : les examens universitaires passés en distanciel. On flaire déjà l'enquête passionnante : des étudiants filmés à leur domicile qui composent sur leur ordinateur et un journaliste, heureux de son reportage, qui vient s'enquérir de leurs impressions. Sauf que cette fois [1], devant la caméra de BFM-Lille, l'étudiant – en l'occurrence ici l'étudiante – n'est pas contente :

« Donc t'es là, tu te lèves, il est 8 heures, ton examen commence à 8h30. À 8h28, t'es comme ça (mouvement des mains tremblantes), tu te dis : ‘mon sujet il arrive quand ?'. T'es en panique, tu sais que tu as 40 minutes pour le rendre. Bon moi j'ai eu de la chance de pas avoir eu de bug d'internet mais j'ai pas mal de potes qui ont eu un bug internet ou qui n'ont pas reçu le sujet en même temps que nous. »

« Lille : des examens en ligne inéquitables ? » s'interroge le bandeau qui barre l'écran. Pour répondre à cette question, il eût été utile d'apporter un contrepoint. Mais la déclinaison locale de la chaîne de Patrick Drahi (11ème fortune française) n'en a peut-être pas les moyens ? Alors Acrimed, modeste association, va le faire à sa place.

La version des personnels administratifs de l'Université de Lille est bien différente : les étudiants ont tous bien reçus leur sujet sur la plateforme de l'université (Moodle) ainsi que par mail à 8h20 précises (soient 10 minutes plus tôt). Et si l'examen en question était en effet prévu pour durer 40 minutes, aucun devoir remis en retard n'a fait l'objet de la moindre sanction. De plus, les étudiants avaient été informés plusieurs fois avant l'examen et aucun n'a indiqué « ne pas avoir reçu le sujet en même temps que les autres ».

Le reportage continue. Une deuxième étudiante, doctorante cette fois questionne les conditions d'égalité devant les examens. Un questionnement tout à fait légitime, mais qui aurait, une fois de plus, mérité un contrepoint. Notamment lorsque l'étudiante indique que « certains étudiants qui passent leurs examens sur leurs téléphones portables, ils rédigent sur un téléphone portable ! » Selon l'Université de Lille, les étudiants qui ne pouvaient pas composer sur un ordinateur avaient toujours la possibilité de prendre leurs copies en photo. Une précision qui aurait été utile.

Bref, un nouvel exemple qui témoigne des libertés prises avec la rigueur journalistique élémentaire.

Mathias Reymond


[1] 13 mai 2020.

Priscillia Ludosky – Marie Toussaint : « Nous voulons une justice libre, impartiale et indépendante »

Elles mènent désormais leur combat en commun : Priscillia Ludosky, l'une des figures du mouvement des gilets jaunes, et Marie Toussaint, euro-députée écologiste, unissent leur force pour la justice sociale et environnementale. Une convergence ici qui fait écho aux mouvements de protestation qui montent ailleurs dans le monde. Entretien.
La première a lancé la pétition dénonçant les inégalités sociales de la taxe carbone qui a donné naissance au mouvement des gilets jaunes. La seconde est à l'origine de (...)

- Inventer / , , , ,

L'utopie ou la mort

Mettre le cap sur l'utopie, c'est aussi porter un toast guilleret aux rarissimes maisons d'édition flirtant avec des utopies révolutionnaires. À la manière des Presses du réel qui ont réédité crânement le plus transgressif appel qui soit aux chamboulements merveilleux : Le Nouveau Monde amoureux de Charles Fourier (années 1820). Ou à celle du Passager clandestin, une machine à fabriquer des livres séditieux qui est une téméraire utopie en elle-même puisqu'elle ne propage que des ouvrages réimaginant hardiment nos sociétés mortifères. C'est ainsi qu'en à peine quelques mois, le Passager clandestin vient de sortir de sa gibecière flibustière cinq brûlots donnant furieusement envie de tout-tout-tout réinventer.

À commencer, remontons le temps, par Pierre Kropotkine et l'économie par l'entraide de Renaud Garcia qui expose lumineusement les fondements du socialisme anarchiste kropotkinesque montrant que « la coopération et la solidarité sont des facteurs essentiels de la survie des espèces ». Attaquons-nous, s'écrie le prince rouge, à la logique de l'accumulation illimitée du capital, à la compétitivité, au productivisme. Réorganisons la production en visant à l'aisance pour tous « qui n'est plus un rêve depuis que l'homme a inventé le moteur ».

Voltigeons du XIXe siècle aux « années 1968 » avec Françoise d'Eaubonne et l'écoféminisme de Caroline Goldblum. Tournée volontiers en dérision par des andouilles, ma farouche copine Françoise guerroyait comme une Emma Goldman aussi bien contre l'oppression patriarcale des femmes que contre l'exploitation capitaliste et le massacre de la nature. Elle signa le Manifeste des 121 (« Déclaration sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie », 1960), cocréa le Fhar (Front homosexuel d'action révolutionnaire, 1971), épousa le détenu Pierre Sanna victime d'injustices, défendit la bande à Baader, trempa dans des sabotages antinucléaires et fricassa plus de cent livres (!) dont l'épatant L'Utopie ou la mort que le Passager clandestin rééditera sous peu.

Rebondissons ensuite à la fin du XXe siècle avec Murray Bookchin et l'écologie sociale libertaire de Vincent Gerber et Floréal Romero qui décrit balèzement le projet municipaliste libertaire du larron ambitionnant de reconcevoir coolement la démocratie directe (gestion humaine des affaires publiques, extinction de toute notion d'autorité, prises de décisions réellement collectives, droit de révocation permanent par les libres assemblées de leurs délégués).

Et en arrière toute pour un p'tit tour en 1955 avec la nouvelle La Vague montante de la romancière féministe Marion Zimmer Bradley qui oppose au totalitarisme technologique une société d'abondance pour le moins frugale où « nul être humain n'a le droit d'en asservir un autre ».

Nous avons enfin une très belle utopie en actes avec Habiter en lutte : Zad de Notre-Dame-des-Landes, quarante ans de résistance) par le Collectif comm'un, un maelström de précieux documents (récits, photos, croquis, cartes, etc.) issus du plus grand squat à ciel ouvert d'Europe : sur la mise en commun des matériaux et des ressources, les non-marchés où règne le prix libre, les transmissions de savoir-faire, les prises de décision horizontales sans vote et sans hiérarchie. « Comment veux-tu que le pouvoir vienne à bout de personnes qui éprouvent une telle joie de lutter ensemble ? »

Noël Godin

Actu punk on the web : Démosphère Paris/IdF ferme - Paris-luttes.info

L’équipe de Démosphère l’explique dans son texte, le travail réalisé était titanesque… mais aussi tellement utile ! On espère vivement qu’une solution de remplacement sera vite trouvée, que cela passe par une reprise du site par un nouveau collectif ou par le développement d’un nouvel outil. En attendant, on vous remercie pour le travail effectué durant toutes ces années, Démosphère va réellement nous manquer. On le répète, s’organiser uniquement sur Facebook ou sur les réseaux sociaux commerciaux ne sera jamais une solution satisfaisante d’un point de vue anticapitaliste et militant, Démosphère aidait grandement à se passer de ces derniers.

(heureusement il nous reste Razibus)
Permalien

Photo



La Haye: procès du squat du Waldeck Pyrmontkade 872

Lundi 25 mai, le procès contre les occupants du Waldeck Pyrmontkade 872 à La Haye a eu lieu. Le propriétaire des locaux, RE:BORN real-estate, avait entamé une procédure en référé pour expulser habitant-es. Ils ont également réclamé des dommages et intérêts de 100 000 euros. Nous avions donc décidé de ne pas abandonner et d’aller au procès.

L’histoire de RE:BORN a été mise en doute tout au long de l’audience. Bien que l’affaire ait semblé impressionnante, en y regardant de plus près, elle s’est avérée être essentiellement creuse. Les plans de construction, les contrats avec les entrepreneurs et les futurs locataires et les autres accords d’intention avaient, dans la plupart des cas, déjà été établis et signés il y a deux ans (dans certains cas, une signature nécessaire faisait encore défaut). « Le plan était là, mais il était probablement sur une étagère depuis 2 ans. Comme le dit RE:BORN lui-même dans un article publié par Den Haag Centraal, « nous avons déjà mis quelques projets en attente » (23-04-2019). Avec les éléments du dossier, il ne semblait pas y avoir d’urgence. Il n’a pas non plus été indiqué quand la rénovation allait commencer. Seules les dates des deux dernières semaines ont été mentionnées, pour essayer de montrer que « les squatters font échouer le projet » et pour légitimer une demande de 100 000 euros.

La question de l’octroi du permis unique et de la notification de démolition a également été soulevée. Nous avons fait valoir que l’octroi du permis unique était injustifié et que RE:BORN n’a qu’un rapport de démolition et pas de permis de démolition. Cependant, cela est nécessaire pour la démolition dans un paysage urbain protégé tel que le Zeeheldenkwartier.

En outre, RE:BORN se contredisait constamment. Tout d’abord, il a été soutenu qu’un des accusé-es ne pouvait pas avoir de droit de propriété parce qu’il était enregistré ailleurs, ensuite que la propriété ne pouvait pas être assurée parce que des gens y vivaient et enfin que personne n’y vivait. Les magouilles habituelles n’ont pas non plus été absentes : les squatters auraient illégalement branché l’électricité, auraient eu l’intention de perturber l’ordre pendant l’audience et notre avocat serait « très à gauche » (nous ne savons toujours pas ce que cela a à voir avec l’affaire).

Au dernier moment, le propriétaire a tenté de prétendre que les futures maisons seraient abordables. Il y a également eu un bref commentaire selon lequel RE:BORN essayait de faire face à ses « responsabilités sociales », ce qui a été repris tout simplement des critiques qui avaient été faites à RE:BORN ces dernières semaines. Dans l’ensemble, l’histoire de « la création de 40 logements abordables dans le parc immobilier de La Haye » n’était pas très convaincante.

Le verdict est prévu pour le vendredi 5 juin à 10h00. Gardez un œil sur nos pages pour les dernières mises à jour.

Short Stay? No Way!
short_stay_no_way [at] riseup [point] net
https://shortstaynoway.noblogs.org/


Des squats aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL
Des événements aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/events/country/NL


[ Article publié en hollandais le 2 juin 2020 sur le blog de Short Stay? No Way! https://shortstaynoway.noblogs.org/samenvatting-rechtszaak-waldeck-pyrmontkade-872/ ].

Mikeulponk BD : DECONFINEMENT

CLIQUE SUR LES IMAGES POUR LES AFFICHER EN ENTIER Salut à toustes, Pas de nouvelles depuis novembre, ça faisait longtemps. Entretemps, il y a eu un déménagement puis les fêtes de fin d'années et l'installation. J'ai donc perdu un bon mois et demie dans...

Actu punk on the web : Dans la ville Noire (1) - Le Numéro Zéro

Le premier point de rupture c’est la cold-wave, le punk. J’ai un grand frère, et il s’y intéresse. Je commence par The Cure ou Depeche Mode, mais ils deviennent vite trop mainstream. Je tombe dans Virgin Prunes, Sisters of Mercy, Negativ Land… Je vois Rude Boy, le docu-fiction sur les Clash au festival cinématographique municipal. Flash. Arrivent OTH, Béruriers Noirs : Nada, Macadam Massacre, Noir les horreurs… ça me bouleverse, donne un sens à mon mal-être.
Permalien

Actu punk on the web : Camera Silens par Camera Silens - Patrick Scarzello - Le Castor Astral

[A paraitre, en juin]

Ce livre retrace l’histoire du mythique groupe de punk rock bordelais Camera Silens, de leurs débuts dans les années 1980 à nos jours. Pour la première fois, les membres du groupe ainsi que leur manager se confient. Ils évoquent sans détours leurs doutes, les ravages de la dope, leur apolitisme, les instants de complicité et les provocations. Ils reviennent également sur leurs liens avec un public fidèle souvent punk et parfois « destroy » ! Le groupe est devenu culte ! Gilles Bertin, leur leader, a commis de nombreux braquages, a connu de longues années de cavale avant de se rendre à la police et d’être de nouveau libre. Il est décédé en novembre 2019.

------------

Ajout de Patrick Scarzello :
Un seul truc à ajouter... Gilles était là dès le démarrage de cette bio, en janvier 2018.
Sa participation a été aussi cash et cool que son tempérament. Et il a pu tout valider avant l'impression.
Camera... une histoire de liens indéfectibles, de sursauts inattendus... d'une singularité que chacun a pu percevoir.
Le côtoyer lui et les siens durant tous ces mois intenses, a été une leçon permanente d'amitié et de vitalité. On accompagnait un peu sa rédemption...
Permalien

Lyon: appel à dons. Aidez les habitant-es du Maria!

Depuis quelques mois, un nouveau squat d’habitation a été ouvert dans le quartier de la Guillotière à Lyon. Les habitant-es qu’il accueille sont à la fois des mères célibataires, des personnes seules et des familles. Les situations personnelles sont diverses, mais se rassemblent autour du même besoin : avoir un toit, ce que la métropole et les pouvoirs publiques ne sont apparement pas capables de fournir. Sur Lyon, le nombre de personnes à la rue est estimé à environ 3000 personnes, dont 310 enfants et 700 jeunes mineurs isolés. Ce qui se passe au Maria est une chance, mais aussi le fruit de la persévérance de chacun-e, l’espoir en bannière, la solidarité comme arme !

Aidez les habitant-es du Maria!

Nous lançons une cagnotte afin de subvenir aux besoins primaires des habitant-es :
– faire des achats de denrées alimentaires non périssables en grandes quantités et de produits d’hygiène,
– payer les frais de santé de celles et ceux qui peuvent pas bénéficier de la sécu,
– acquérir des jeux et du matériel pédagogique pour les enfants.
Afin de garantir de bonnes conditions de vie aux habitant-es du Maria, nous devons également poursuivre les travaux qui on été entamé pour assurer la salubrité des appartements. Cependant, nous manquons d’argent pour acheter les matériaux et outils nécessaires. Quand tout cela sera réglé, les habitant-es souhaitent aussi organiser des évènements culturels.
Votre aide financière ou matérielle est la bienvenue, nous vous en remercions d’avance. Quel que soit le montant, chacun peut participer à cette cagnotte. Pas besoin de créer un compte ou de s’inscrire, c’est rapide et les paiements par Carte Bancaire sont 100% sécurisés. Si vous ne pouvez pas participer financièrement, partagez cette cagnotte autour de vous au maximum. MERCI !

Les habitant-es et soutiens du Maria.

Squat Le Maria
La Guillotière, Lyon
lemaria [at] riseup [point] net
https://squ.at/r/7ub2


Les sans papiers https://radar.squat.net/fr/groups/topic/sans-papiers
Des squats à Lyon https://radar.squat.net/fr/groups/city/lyon/squated/squat
Des squats expulsés: https://radar.squat.net/fr/groups/city/lyon/field_active/1/squated/evicted
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) à Lyon https://radar.squat.net/fr/groups/city/lyon
Des événements à Lyon https://radar.squat.net/fr/events/city/Lyon


[ Publié sur Radar https://squ.at/r/7ubx ].

FanXoa : Alice Phoebe Lou [24 Héroïnes électriques +]

Portrait d’une jeune artiste charismatique sur les pas de Patti Smith, Janis Joplin ou Portishead.


Originaire de Kommetjie en Afrique du Sud en 1993, Alice Phoebe Lou est une chanteuse-compositrice avec à son actif en 2020, trois EPs et trois albums autoproduits. A la base artiste de rue, elle a débuté par le jonglage avec des bâtons de feux avant de se produire, guitare à la main, dans les parcs de Berlin, ville qu’elle affectionne, en chantant des reprises avec sa voix soul et accrocheuse. Remarquée pour ses prestations live, elle est approchée par des maisons de production mais, par choix, tient à rester indépendante. Nominée en 2016 comme la meilleure artiste féminine aux “German critics choice awards” en Allemagne, elle dispose d’une assise médiatique de plus en plus importante et se produit dans de nombreuses salles de concert et festivals en Europe, aux États-Unis, en Afrique du Sud, au Japon et au Canada. Sa chanson She, inscrite dans le documentaire biographique d’Alexandra Dean dédié à la carrière de l’actrice, productrice et scientifique Heddy Lamarr (Hedy Lamarr : From Extase to WiFi), a rencontré un vif succès en décembre 2017. La même année, elle affiche son soutien à #MeToo à travers un témoignage musical. Parallèlement à ses enregistrements et concerts en salle, elle poursuit ses spectacles de rue. Sa musique oscille entre soul, folk, ambient, dream pop, electro ou indie rock jazzy comme son destin hors du commun. Forte et vulnérable.

Freedom is being my own boss, being in control of my own life and my opportunities. As a young musician, it’s very easy to get wrapped up in other people’s agendas and what they think is best for you. But this is something I’ve always been very fierce about. To do it on my own terms. By being in control of my own life and career makes me feel like I’m steering the ship. (interview dans Vagabond).

Interview déjà datée mais intéressante sur son parcours : “Alice Phoebe Lou : le secret le mieux gardé de Berlin“, Café Babel, 13/06/2015.

Illustration : FX, “Pure Gold”, acrylique, 46×33, 1er juin 2020.

Camélia Jordana : le débat sur les violences policières n'aura pas lieu

Il a suffi de deux phrases, prononcées par Camélia Jordana lors de l'émission « On n'est pas couché », le soir du 23 mai sur France 2, pour mettre le feu aux poudres. Deux phrases où la chanteuse et actrice évoque, avec des mots forts, la défiance et la crainte que suscite la police. L'occasion de poser la question des violences policières ? Non pas. Plutôt de multiplier les invitations des syndicats policiers et de responsables politiques les plus droitiers… Et de substituer au débat une véritable opération de maintien de l'ordre symbolique.

Deux phrases, donc, qui sont à l'origine d'une de ces « polémiques » dont les grands médias ont le secret [1]. La première fait référence au racisme et à la violence de la police : « Il y a des hommes et des femmes qui se font massacrer quotidiennement en France, tous les jours, pour nulle autre raison que leur couleur de peau. » La seconde évoque la crainte que suscitent les policiers : « Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j'en fais partie ».

Se prononcer sur la pertinence des propos de Camélia Jordana ne relève pas de la critique des médias. S'interroger sur leur traitement médiatique, oui. Pour en juger, nous avons étudié en détail les programmes des trois principales chaînes d'info en continu le lundi 25 mai. La réponse est sans surprise : ces propos n'ont été que prétexte à ouvrir une énième « polémique » stérile. Commentées en long et en large, les paroles de la chanteuse ont été l'objet de condamnations unanimes des éditocrates. Auxquelles se sont jointes les protestations des syndicats de policiers et de représentants politiques de droite et d'extrême droite, plébiscités sur les plateaux. Quant aux rares invités souhaitant ouvrir le débat sur les violences policières, ils se verront opposer des rappels à l'ordre cinglants.


Condamnations (presque) unanimes sur CNews


La palme du maintien de l'ordre revient sans conteste à CNews. Les propos de Camélia Jordana y ont été largement commentés tout au long de la journée du 25 mai. Avec à la clé, un défilé de représentants de syndicats policiers : pas moins de cinq sur l'ensemble de la journée [2]. Des invités politiques unanimes dans leurs condamnations, parmi lesquels une majorité de représentants du RN [3]. Mais ce sont peut-être les éditorialistes et consultants « maison » de CNews qui sont parmi les plus vindicatifs à l'égard des déclarations de Camélia Jordana. Florilège :

- Brigitte Milhau (« Punchline ») : « Je trouve ça indécent […] Je ne comprends pas comment on peut attiser cette haine avec des propos sortis de nulle part, les mots étaient forts, d'une violence inouïe, comment peut-on laisser dire ça ? »

- Jean-Claude Dassier (« Punchline ») : « Il y a des propos qu'on peut tenir, et d'autres qu'on ne devrait pas pouvoir tenir […] Ce genre de propos ne devrait pas pouvoir passer ».

- Élisabeth Levy (« L'heure des pros ») : « J'ai envie de dire à Camélia Jordana qu'il y a des millions de gens qui ne se sentent pas du tout en sécurité quand ils sont face à une racaille. »

- Ivan Rioufol (« L'heure des pros 2 ») : « Cela revient à déverser un bidon d'essence sur un site qui est enflammé, on ne va pas faire un dessin pour dire aujourd'hui l'état d'insurrection quasi-permanente dans certaines cités ».

- Gilles-William Goldnadel (« L'heure des pros 2 ») : « C'est du racisme anti-flic […] qui peut-être, allez savoir, cache un racisme anti-français. Moi je prétends que sous le racisme anti-flic, y a du racisme anti-français, et sous le racisme anti-français, y a du racisme anti-blanc ».

- Charlotte D'Ornellas (« Soir Info ») : « Il y a des victimes qui n'intéressent pas ces militants politiques, ce ne sont pas les victimes qui les intéressent, c'est leur logique à la fois indigéniste et anti-flic. »

Et pourtant au cours de l'émission « Punchline », un pavé est jeté dans la mare des condamnations unanimes : un sondage-minute réalisé par la chaîne sur les réseaux sociaux, qui donne une majorité de répondants « pas choqués » par les propos de Camélia Jordana.



Ça vaut ce que ça vaut, mais tout de même de quoi faire bégayer le représentant du syndicat des commissaires de la police nationale sur le plateau. Y aurait-il donc, à travers les propos de la chanteuse, un véritable débat qui se poserait, notamment sur la question des violences policières ?

En tout cas, il n'aura pas lieu sur CNews. Car les animateurs et éditorialistes veillent à rappeler à l'ordre les rares invités qui s'essaieront à aborder la question. Ils seront deux : le rappeur et producteur Rost, et l'avocat de SOS racisme Patrick Klugman. Tous deux amenés à se défendre contre le reste des invités, et parfois l'animateur lui-même.

Tout en condamnant les propos de Camélia Jordana, Patrick Klugman tentera tant bien que mal, dans « Soir Info », d'évoquer la question des violences policières face à Charlotte D'Ornellas, Sébastien Chenu (RN) et Frédéric Descrozailles (LREM). Dans l'édition du soir de « L'heure des pros », le rappeur Rost devra quant à lui non seulement répondre aux attaques de Gilles-William Goldnadel, du représentant du syndicat de police ou d'Ivan Rioufol ; mais également faire face à l'hostilité de Pascal Praud qui tour à tour le coupe, tourne en ridicule, et recadre sèchement. Et conclut l'émission en enfonçant le clou :

Quand c'est quelqu'un d'autre qui dit quelque chose avec lequel vous n'êtes pas d'accord, vous ne dites pas que c'est maladroit, vous dites que c'est une honte, vous dites tribunal, vous dites CSA, vous dites etcetera etcetera. Il y a deux poids deux mesures ! Mais là comme ça vous arrange vous dites c'est maladroit. C'est pas maladroit ! C'est juste un propos haineux. C'est tout.

Décidément ce lundi sur CNews, un seul débat était à l'ordre du jour… sur le « racisme anti-flic ». Un terme absurde, qui n'aura visiblement choqué aucun des nombreux arbitres des élégances langagières ayant défilé sur la chaîne d'info. Dans cette démonstration de non-débat, le « rapport de force » donne le vertige : deux invités essayant d'expliquer les propos de Camélia Jordana ; contre une vingtaine d'invités et d'éditorialistes refusant toute discussion et exhortant à une condamnation sans appel.


Même musique sur BFM-TV et LCI


Sur BFM-TV et LCI, c'est la même musique – même si les deux chaînes d'information ont beaucoup moins traité la « polémique ». Dans l'émission matinale de Thomas Misrachi sur BFM-TV, c'est Laurent-Franck Lienard, avocat spécialiste dans la défense des forces de l'ordre, qui interviendra, sans contradicteur, pour condamner les propos de Camélia Jordana. Il sera le seul invité du jour à s'exprimer spécifiquement sur le sujet. Les éditorialistes « maison » de la chaîne ne manqueront cependant pas de commenter les propos de Camélia Jordana, le soir même dans l'émission « Vivre avec ». Ainsi Laurent Neumann nous livre-t-il sa docte analyse :

Il faut aller dans le dictionnaire pour aller voir la définition du mot « massacrer » : action de tuer avec sauvagerie et en grand nombre, de tuer indistinctement une population animale ou humaine, soit en partie, soit complètement. Une fois que vous avez la définition de « massacrer », les propos de cette comédienne, chanteuse qui par ailleurs a beaucoup de talent, sont absolument nuls et non avenus, point.

Une pénible leçon qui omet cependant une des possibilités de la langue française : l'emploi de l'hyperbole. Quoi qu'il en soit, on peut s'étonner que l'éditorialiste n'ait pas, à notre connaissance, formulé la même analyse lorsqu'Emmanuel Macron dénonçait, en octobre 2017, qu'on « massacre » les riches en les taxant [4]. Toujours est-il que son analyse est partagée par Alain Duhamel, puis par Anna Cabana, qui approuve la condamnation des propos de la chanteuse par le ministre de l'Intérieur :

Bien sûr c'est faire beaucoup d'honneur à cette comédienne chanteuse que de lui répondre publiquement, mais d'abord cette affaire avait beaucoup de relief sur les réseaux sociaux, et il ne pouvait pas laisser les flics tous seuls, il avait derrière lui les flics qui poussaient et qui disaient « il faut que notre ministre nous défende, on est attaqués sauvagement, publiquement. »

Pour ne pas dire « massacrés » ! Qu'en pense le dictionnaire ? Sur LCI, enfin, un miracle se produit dans l'émission « Audrey and Co », en fin de matinée : un représentant de la police confronté à un contradicteur ! En la personne de Dominique Sopo de SOS Racisme, qui ne manquera pas de relever les difficultés qu'il y a à poser le débat sur les violences policières, sur le racisme dans la police, dans les médias :

Nous sommes face à une personne qui exprime une émotion qui ne peut jamais s'exprimer dans la moindre sérénité parce que dès qu'on l'exprime, voici le feu roulant de « les policiers ont un métier difficile » ; parce que vous comprenez, les noirs et les arabes qui expliquent qu'il y a du racisme dans la police sont des idiots et ne savent pas que policier est un métier difficile […] Elle parle de massacre et donc on va précisément s'attacher sur ce mot-là, pour ne pas traiter du problème qu'elle évoque, qui est celui du racisme dans la police […]

Dominique Sopo fera tout de même l'objet de plusieurs rappels à l'ordre, dont cette tirade d'Élizabeth Martichoux :

Si vous-même, en tant que SOS Racisme, vous n'êtes pas capable de condamner l'usage de ce mot… Non mais dites-le, on ne l'entend pas ! Vous dites, c'est une petite maladresse. C'est un mot qui dans un contexte de tension majeure entre les jeunes des quartiers et les flics n'est pas supportable. Il faut d'abord le condamner et ensuite dire la question de fond, c'est pas qu'elle a dérapé, c'est la question du racisme.


***


Ainsi sur les trois principales chaines d'information en continu, le débat sur les violences policières n'aura pas eu lieu. Plusieurs facteurs y ont contribué. Tout d'abord le choix fait, particulièrement sur CNews et BFM-TV, d'inviter pour commenter les propos de Camélia Jordana des intervenants policiers ou proches de la police, consultants sécurité ou responsables politiques de droite ou d'extrême-droite. Où sont les représentants des collectifs et associations anti-racistes ? A l'exception de Dominique Sopo sur LCI, ils sont absents des plateaux. Où sont les représentants des collectifs et associations luttant contre les violences policières ? Tout se passe comme si leur parole était illégitime. Même les responsables politiques de gauche semblent, sur la question, ne pas avoir droit au chapitre. Dès lors le périmètre du débat est déjà largement balisé. Et comme si cela ne suffisait pas, s'y ajoutent les interventions orientées des animatrices, animateurs, éditorialistes et autres consultants qui semblent, une fois de plus, se vivre comme des gardiens de l'ordre symbolique.

Une tâche que certains tentent, tant bien que mal, de maquiller en anticonformisme. Ainsi Pascal Praud affirme sans rire que Camélia Jordana « a dit quelque chose que plein de gens veulent entendre dans la société médiatique ». Et de dénoncer « une petite caste de journalistes et de médias qui sont dans cette pensée-là. » Mystérieuse « société médiatique » en vérité, qui s'est faite pour le moins discrète sur les chaînes d'info... Et bien ailleurs, comme sur le plateau de Cyril Hanouna, dont les moqueries mesquines à l'encontre de Camélia Jordana ont fait les titres de nombreuses publications. N'en déplaise à Pascal Praud, dans le petit cirque médiatique dont il est un des pitres atitrés, il est de bon ton de railler les propos de la chanteuse, pour mieux taire le débat. Nouvelle démonstration d'un journalisme de maintien de l'ordre qui, ce lundi 25 mai, a sévi à plein sur les chaînes d'info.


Frédéric Lemaire


[1] À noter que ces deux phrases, largement montées en épingle sur les réseaux sociaux, ont souvent été sorties de leur contexte. On peut lire une partie de l'échange entre Camélia Jordana et Philippe Besson sur le plateau de « On n'est pas couché » dans cet article sur le site de France Inter.

[2] Stanislas Gaudon, Alliance Police Nationale (Journal de 6h30) ; Rocco Contento, Unité SGP Police Paris (La Matinale, 7h50) ; Denis Jacob, Alternative Police (Morandini Live, 10h44 et 15h14) ; David Le Bars, syndicat des commissaires de la police nationale (Punchline, 17h25) et David-Olivier Reverdy, Alliance Marseille (L'heure des pros, 20h15)

[3] Jean Messiha, du RN (L'heure des pros, 10h28) ; Philippe Juvin de LR et Julien Dray du PS (Punchline, 17h30) ; et Frédéric Descrozailles de LREM et Sébastien Chenu du RN (Soir Info, 22h08).

[4] Comme l'a souligné un facétieux utilisateur de Twitter.

sous pression! #491

artiste – album – titre

la gachette – france-québec: face à face – matricule 728
22 long riffs – balle populaire – petit soldat
kronstadt – kronstat – nlk
poésie zéro – album bleu 3 – il y a des flics partout
obia & cotola – le procédé – état policier
fortune cookie club – l’autre – acadb (all cops are douche bags)
bière sociale – alors, il parait qu’c’est la paix – police batards
amnésie – grabuge – les flics
années zéro – années zéro – ennemi
the fallout – the times have never changed – one last struggle
the fallout – the times have never changed – set us up
brigada flores magon – tout pour tous – ras les murs
jeunesse apatride – la victoure sommeille – la victoire sommeille
cartouche – bread & roses – en amour comme en émeute
los foiros – los foiros – enfermé
dernier bastion – dissidence – résistance
tulamort – des hauts et des bars – colère sincère

clic droit pour télécharger

Squatter la joie

Sorti aux éditions Intervalles, le roman Saisons en Friche tourne joyeusement autour des problématiques du squat et de la réappropriation urbaine. Pour auteure, une certaine Sonia Ristić, qui y revient sur une expérience personnelle dans un squat d'artistes parisiens.

Par Lise Lacombe {JPEG}

Dans ces pages dédiées à l'art délicat du squat, il est d'abord question d'humanité. Le militantisme a beau constituer une toile de fond omniprésente, ce sont les personnages qui s'imposent, tissent une fresque bariolée, touchante, pleine d'étincelles et de corps aussi effervescents que des Menthos plongés dans le Coca. Parmi les occupants du lieu réquisitionné – une immense gare de marchandises désaffectée –, on trouve Malo le Congolais volubile, Vladimir le vieux plasticien fou-dingue, Alex le Bosniaque tourmenté, Pascal le disjoncté ou Alice la malade d'amour. Ce sont leurs destinées entrecroisées que scrute Sonia Ristić le temps de quatre « saisons », aussi pimpantes que du Vivaldi.

« L'utopie n'est pas tout à fait au point (…), mais malgré tout, c'est la joie qui domine », écrit l'auteure de ce roman, inspiré d'une expérience personnelle dans un squat d'artistes parisiens, le Théâtre de Verre. Ledit espace, désormais déserté, avait été réquisitionné en 2003 après la triste expulsion de la Miroiterie, lieu bien anar-punk de Ménilmuche multipliant les concerts à faire fondre les esgourdes. Plongée deux ans dans ce fatras de vie, de soirées cumbia et d'initiatives plus ou moins heureuses, Sonia Ristić décrit autant les failles de l'organisation collective que sa force, les accrochages inévitables que les victoires contre l'esprit du temps. Ambiance chamarrée : « Il y a toujours des éclats de voix, des disputes, des prises de tête. » Avec pour horizon agaçant, mouche sur le coche utopique, le retour des sempiternels constats : « Décidément, c'est toujours pareil. Il y a ceux qui charrient la merde toute la matinée dans le froid et ceux qui se consacrent au yoga et à la déco. »

Derrière les histoires personnelles et les tâtonnements politiques déboulent des myriades de questionnements, pépiant tels des pinsons lubriques. Comment cohabiter en respectant les désirs de chacun ? Que faire quand une dizaine de sans-papiers expulsés d'un lieu proche demandent un logement ? Comment forcer la mairie à accorder un bail précaire ? De quelle manière réagir à une sauvage attaque de fachos, en mode barres de fer dans la gueule ? Est-il possible d'éviter que l'expérience ne soit un démultiplicateur de gentrification ? Confrontés à ce tourbillon quotidien et idéologique parfois confus, les personnages s'échappent à tout bout de champ, chacun à leur manière. L'amour, le sexe, le turbin, l'escapade au bout de monde, le repli domestique, tout est bon dans le cocon. Avec un état d'esprit férocement opposé à la sinistrose : « Tiens, (…) ça sent l'été, vous ne trouvez pas ? »

Affairés à cuisiner l'utopie, les insurgés immobiliers font face à des obstacles insolubles, nature humaine oblige, mais ne baissent pas les bras, bricolant ce « joyeux foutoir » visant à poser les bases d'une autre société. Et n'oublient pas que derrière cette « joie » revendiquée se cache un discours tout ce qu'il y a de plus sérieux. « Ce que nous essayons de faire passer comme message, c'est que dans nos villes, il y a des centaines de milliers de mètres carrés inhabités », rugit Vladimir. Pour lui comme pour Sonia Ristić, c'est cette indécence-là qu'il s'agit de dénoncer. Voire : de supprimer.

Émilien Bernard

Guy Bedos

2011 : Cette rencontre avec Guy Bedos laissera le souvenir d’un humaniste sincère.

Très sympa.

Bienveillant …

Faux misanthrope, Bedos aimait les humains.

Il avait emprunté cette formule à son ami Jacques Brel :

« J’ai mal aux autres ».

Il restera un éternel révolté par toutes les injustices et bêtises affligeant l’humanité … 

Cet article Guy Bedos est apparu en premier sur Polémix et la voix off.

Photo



FanXoa : Cuir – Single Demo 12″ [2020]

Contraste : après la délicatesse et la sensualité d’Alice Phoebe Lou, la noirceur du cuir et le rose vinylique de Cuir. Tout dans l’urgence.

Acide : comme si Bérurier Noir avait rencontré Johnny Moped : “Trop vieux pour mourir jeune”… “Trou noir”… “Tension” garanties.

1 – Mode Branleur

2 – Second Peau

3 – Tension

4 – Gerbe

5 – Overdose Chaos

6 – Trop Vieux Pour Mourir Jeune

7 – La Flemme

8 – Trou Noir

9 – Synthpunk Attitude

Chez tous les bons disquaires… Dangerhouse !

La terrasse pénitentiaire

Peu avant le bouclage du dernier numéro, on a reçu ce petit texte d'anticipation prenant à rebours le principe du confinement. Et comme toute dose de légèreté est bonne à grignoter dans ces moments pesants, on a décidé de le publier. En attendant le retour des terrasses…

Par Etienne Savoye {JPEG}

C'est ce matin que le ciel est tombé sur ma pomme, à grand fracas. En l'occurrence : un coup de sonnette, trois coups de sonnette, un tambourinement forcené, des meuglements porcins, un bélier défonçant ma porte, blam, puis l'irruption martiale de trois agents municipaux fort peu sympathiques. De vraies fouines, même, qui me mataient comme si j'étais un genre de monstre, ricanaient à la vue de mes posters de Mark Zuckerberg et fouillaient dans mes placards en dégoisant sur mon autisme présumé.

Des poètes.

« Comme on nous a dit que t'étais du genre à bien aimer les écrans et la non-vie, on est venus vérifier », a grincé l'un deux quand j'ai demandé de quel droit ils avaient enfoncé la porte.

Typique de l'époque et de son arrière-goût de pastille Vichy : on m'avait poukave. Mais plutôt que d'enquêter infra-neurones pour déterminer lequel de mes horribles voisins et voisines avait pu jouer au Judas, j'ai tenté d'amadouer les intrus, d'une voix mielleuse où piaillait ma fausseté : « Voyons, Messieurs, je suis comme tout le monde depuis les incidents : je déteste la vie virtuelle. »

« C'est ce qu'ils disent tous », a répliqué l'ostrogoth numéro deux, colosse rousse occupée à dépecer de ses pognes une pile de linge sale montant jusqu'au plafond.

Comme ils avaient fait venir un chien renifleur, un certain « Didier », créature à poils ras oscillant entre le pitbull et l'opossum, il n'a pas fallu longtemps pour qu'ils mettent la main sur ce qu'ils cherchaient : un smartphone et un modem artisanal, planqués sous une latte de plancher.

« Ton compte est bon », a lancé la montagne rousse, suscitant en moi un mélange d'envie de pleurer et de rire – niveau champ lexical, on barbotait en plein Pinot simple flic.

Mais ça n'avait rien d'une comédie. La preuve : les menottes ont grincé sur mes poignets.

***

Après deux heures d'attente à cogiter comme un dingue, on m'a amené un compagnon de cellule. Chaumard, qu'il s'appelait. Un mélange entre pile électrique tremblotante et dadais aux yeux mouillés. Le gonze était encore plus flippé que moi, ce qui m'a redonné un peu de peps.

« Toi aussi, t'étais en Résistance ? », que je lui ai lancé.

Coincé dans ses sanglots, ouin ouin c'est trop injuste, il n'a d'abord pas pu répondre. Mais on avait le temps, beaucoup de temps, si bien qu'il a fini par se calmer. Il m'a alors narré ses malheurs. Jeune informaticien sans histoire, il s'était retrouvé au chômage après la pandémie numérique. Il avait bien tenté de se reconvertir dans l'horticulture, mais les sécateurs et les bégonias n'étaient pas son truc – mais alors pas du tout. Alors il avait replongé, pas à pas. D'abord des enfantillages : un vieux Nokia pour jouer au Serpent, puis un PC hors d'âge et un CD-ROM d'Age of Empires 2. Le grand bond était venu plus tard, un soir de courage à la Jean Moulin : une connexion pirate sur le réseau Résistance.

En taillant le bout de gras, j'ai fini par comprendre que je le connaissais, ce bougre : Chaumard, c'était Chaum23, le gars avec qui hier encore je discutais en ligne de l'avenir. « Un jour, on sera comme les riches », qu'il m'avait dit, « on pourra se connecter sans se cacher ».

Bien vu, gros, en plein dans le mille.

***

Vieille hippie sur le retour, la juge est allée droit au but.

« Monsieur Chien Noir, vous êtes un citoyen asocial et peu porté sur la vie en communauté. »

J'ai haussé les épaules : difficile de le nier.

« Depuis la pandémie, la justice a décidé de ne plus s'encombrer de clémence avec les cas de votre espèce. Après tout, si le virus de la solitude rôde toujours, c'est parce que des gens comme vous s'entêtent à surfer sur le web en répandant la maladie. »

J'aurais voulu répondre que c'était un peu plus complexe que ça, ma petite dame, qu'on savait bien que les riches et les puissants se la donnaient grave sur Insta et YouPorn sans souci de santé publique, que l'inégalité de traitement numérique morcelait notre monde, mais elle ne m'a pas laissé ouvrir la bouche.

« C'est pourquoi je vous condamne à trois années de non-confinement absolu, en terrasse pénitentiaire. Vous verrez les détails avec le juge d'application des peines. »

***

Ledit JAP était un quinquagénaire austère aux dents pourries, boudiné dans un tee-shirt Che Guevara. On sentait bien que ma pomme il s'en tapait royal. Quand j'ai insisté sur le fait que j'étais un peu asocial et que j'avais du mal avec les lieux où il y avait beaucoup de monde, il a ricané d'un rire puant où dansaient mille graillons : « On peut dire que tu vas être servi, mon gars. C'est justement le principe de ta peine, de te foutre au milieu des gens, là où tes petites manies individualistes ne pourront pas se développer et où tu ne propageras pas le virus du confinement. »

D'autorité, il m'a placé au Bar des Sports, un établissement de l'Est parisien croulant d'habitués vociférants, de gauchistes à tignasses puantes et d'ivrognes refaisant le monde.

L'enfer, goût beaujolais.

***

Je suis assigné à la table numéro 3, placée à quelques mètres du comptoir. Une sorte de carrefour à emmerdeurs. Il est fréquent que des gens viennent me parler des résultats du foot ou des forfanteries du gouvernement. Je feins alors d'être très absorbé par les mots fléchés du journal du jour – « haine de l'espèce humaine », en douze lettres... Mais ça ne les décourage pas, ils dégoisent et dégoisent, insupportables pies aux remugles alcoolisés. Certains semblent même m'avoir pris en sympathie, me donnent du « Ça va mon petit Chien Noir ? » ou du « Toujours le seum, mon gars ? », ce qui m'emplit d'une terreur sans nom.

La nuit, ils ne dorment pas, mais chantent et refont le monde, tandis que je tente de me boucher les oreilles en frissonnant d'horreur – mon empire pour un terrier.

J'ai notamment pris en grippe un groupe d'individus particulièrement bruyants, qui s'évertue soir après soir à développer des « stratégies d'insurrection ». Selon eux, il fallait d'abord se débarrasser des écrans pour que la suite vienne, à savoir l'écroulement pur et simple du capitalisme. Ils sont persuadés que ça ne saurait tarder. Des tarés.

Le pire : je déteins. Je n'ai tiré que trois mois et déjà je ne me reconnais plus. Il m'arrive d'avoir envie moi aussi de chanter « L'Internationale déconfinée » à plein gosier ou de goûter cette étrange mixture qu'ils appellent pastis et s'enfilent à pleines brouettes.

Nom d'un Alain Madelin, la fin est proche.

***

Le Parisien, 27 avril, « Un dangereux détenu s'échappe d'un bar de Belleville »

« “Je le sentais pas celui-là, trop sinistre. Un genre de geek, comme on disait dans le temps, quand la jeunesse était cinglée et le monde un grand repli sur soi.” Voilà ce qu'a déclaré Eddy Leroux aux enquêteurs. Son établissement accueillait depuis quelques mois Chien Noir, dangereux détenu condamné pour réclusion numérique à une peine de trois ans de sociabilité. Mais dans la nuit du 26 avril, ce jeune malfaiteur a brisé son verre de pastis et couru vers la sortie en plein milieu d'une soirée karaoké, profitant du moment de flottement provoqué par une interprétation particulièrement ratée de “Zaï Zaï Zaï Zaï”. Le procureur a indiqué que les meilleurs ivrognes de son effectif étaient sur l'affaire et que l'évadé ne courrait pas longtemps. “Nos compatriotes doivent savoir qu'on ne bafoue pas ainsi les lois de la terrasse en pleine pandémie numérique”, a déclaré le Président Michu, bourré comme un Petit Lu, lors d'une conférence de presse spéciale. Il a ensuite incité les Français à soutenir la filière viticole et à ne rien lâcher dans leur reconquête des terrasses, ce “patrimoine éternel”. Et d'entonner l'hips hymne national, à grand renfort de trémolos – “Le jour de boire est arrivé”. »

Chien Noir

D'autres nouvelles du Chien Noir sont à retrouver sur son blog : Chien-Noir.org


La Une du n°187 de CQFD, illustrée par Marine Summercity

- Ce texte a été publié initialement sur papier dans le n° 187 de CQFD, en kiosque du 30 avril au 4 juin. Voir le sommaire du journal.

  • Ce numéro est disponible chez plus de 2 000 marchands de journaux partout en France. Pour retrouver les points de vente près de chez vous, cliquez ici.
  • Exceptionnellement, vous pouvez aussi vous procurer ce numéro à prix libre en version numérique (format PDF).
  • Pour recevoir les prochains numéros dans votre boîte aux lettres, vous avez aussi la possibilité de vous abonner.

Berlin: Liebig34 vous invite à son procès. Le chaos au lieu de l’expulsion !

Le 3 juin 2020, l’expulsion de Liebig34 sera probablement annoncée au tribunal ultra sécurisé de Tiergarten. On suppose qu’après deux tentatives infructueuses, le verdict sera finalement prononcé, ce qui rendra plus probable l’expulsion du projet féministe anarcho-queer. Cependant, le collectif ne veut pas l’accepter et continuera à résister. Parce que : Les maisons, celles et ceux qui en ont besoin !
Dans le passé, il y a eu de nombreuses tentatives de condamner et de criminaliser devant les tribunaux notre protestation contre les expulsions des projets menacés. Ils essaient de nous garder en petit nombre par la répression et la surveillance. On le voit, par exemple, dans la nouvelle classification du collectif Liebig34 comme « extrémiste de gauche » par la saleté constitutionnelle et le comportement agressif et provocateur des flics du BPE jour après jour dans les quartiers dangereux de cette ville.
Les tribunaux décident constamment POUR les gagnant-es et CONTRE les marginaux et les opprimé-es dans ce système patriarcal, raciste et capitaliste. Nous n’avons aucune confiance dans cet État injuste, qui protège les auteurs et les actes fascistes et qui décide en fonction des intérêts du capital. Nous nous opposons à ce système et ne céderons jamais.
C’est pourquoi nous créons notre propre version du verdict et de ces farces de procès d’expulsion et n’allons pas à Moabit au tribunal. Nous nous prononçons contre une expulsion et cela seul compte.
Venez devant le numéro 34 de la Liebigstraße le 3 juin à partir de 9 heures. Il y aura d’abord des spectacles, puis un brunch.
Participez également aux actions du 2 juin et montrez votre solidarité avec les projets menacés d’expulsion : décentralisé-es et chaotiques !

Liebig34 est en vie et se bat.

Liebig34
Liebigstraße 34
10247 Berlin
liebig34 [at] riseup [point] net
https://squ.at/r/4u9p
http://liebig34.blogsport.de/


Des groupes à Berlin: https://radar.squat.net/fr/groups/city/berlin
Des événements à Berlin: https://radar.squat.net/fr/events/city/Berlin
Stressfaktor: https://radar.squat.net/de/stressfaktor

Des groupes en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/groups/country/DE
Des événements en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/events/country/DE


[ Publié le 30 mai 2020 sur Indymedia https://de.indymedia.org/node/85260 ].

Dans les studios avec la caisse de solidarité trans et inter

Dans cette émission, l'équipe de On Est Pas Des Cadeaux invite deux personnes de la Caisse de solidarité Trans Inter de Lyon, collectif qui a pour but de soutenir financierement les actes médicaux necessaires aux personnes trans' et inter' précaires.
L'occasion pendant ce direct d'en apprendre un peu plus sur l'origine du collectif, son fonctionnement, comment y faire appel, et les projets en cours.
Très bonne écoute !

Caisse de solidarité trans inter